Town Walls and Warfare

This contribution concern the role of the war in the Swahili world and the interpretation of the fortifications of Kilwa and Pemba in the framework of the relationships between the Swahili, the populations of the hinterland and the traders from Arabia, Persia or India.

FORTS: Husuni Ndogo et Pujini

Avant le XVIe siècle, les seuls forts côtiers connus sont représentés par Husuni Ndogo et Pujini. Le premier fort décrit est l’importation d’un modèle copié du Golfe Persique. Par contre le doute subsiste pour Pujini qui peut être, soit un fort swahili d’influence africaine, soit un fort wadebuli. Dans le dernier cas, il serait d’origine pakistanaise comme Husuni Ndogo.

Husuni Ndogo, sur l’île de Kilwa en Tanzanie, est une fortification unique sur la côte orientale. L’édifice est situé à 80 m à l’Est du palais d’Husuni Kubwa, dont il est contemporain. Le terme husuni veut dire fort en swahili, dérive de l’arabe husn (château). Cette structure, insolite chez les swahili, est datée du XIVe-XVe siècle (Chittick, 1974 : 196-198). Il s’agit d’un enclos rectangulaire, localisé près de la plage, qui couvre une surface de 69,5 sur 51 m (Fig. 1).  Les remparts ont une épaisseur de 1,2 m. Ils sont constitués de moellons de corail fossile et de mortier, avec des fondations de plus de 1 m de profondeur. Leur élévation actuelle atteint un maximum de 2,5 m, mais l’édifice est en ruine. Des tours polygonales à six faces s’élèvent aux angles et des demi-tours protègent chaque côté. Des contreforts de 1,8 m de long courent tout le long des murs à l’intérieur. La symétrie du bâtiment est brisée par une projection rectangulaire au milieu du mur Ouest. En l’état actuel des recherches, nous ne savons pas s’il s’agit d’une porte condamnée ou d’un bastion pour défendre le palais. Une seule entrée en chicane, d’une largeur de 3,7 m, est aménagée au milieu de la face Sud. Au Nord de la porte d’entrée se trouve un puits carré de 16 m de profondeur. Il est associé à un réservoir octogonal de 2 m de diamètre. Certains murs incomplets et le peu de structures d’occupation à l’intérieur du bâtiment indiquent qu’il n’était pas terminé. Husuni Ndogo était peut être encore en construction lorsque les Portugais débarquent à Kilwa. En effet, le 24 juillet 1505, Amerigo Vespucci relate: “Ce même jour, nous trouvons un château qui était construit avec quatre tours et était à moitié construit”.

Selon P. S. Garlake, Husuni Ndogo serait un fort protégeant le palais du sultan de Kilwa. Il pense que cette structure à une filiation avec les châteaux du désert de Syrie et d’Irak. D’après une source omanaise le Kitab al-Zanuj, à la fin du VIIe siècle, un émir amène les troupes du Calife Omeyyade Abd al-Malik ibn Marwan à Mogadiscio et à Kilwa, où ces derniers construisent un fort. Cette version se retrouve aussi dans les chroniques de Paté et infirme l’hypothèse d’un château omeyyade. Cependant Garlake admet que cela pose un problème chronologique, car Husuni Ndogo date du XIVe siècle (Garlake, 1966 : 113-117). N. Chittick interprète cet édifice comme une mosquée en construction et le compare avec les mosquées abbassides de Samarra et de Raqqa. Il s’appuie pour cela sur un élément contesté par P. S. Garlake : la trace d’une abside en partie en ruine, localisée vers le milieu du mur Nord. D’après Garlake, l’état de conservation du mur et la situation de la niche ne permettent pas d’affirmer qu’il s’agit d’un mihrab (Chittick, 1974 : 204 et Garlake, 1966 : 112).

D’après nous, Husuni Ndogo serait un caravansérail maritime du XIII-XVe siècle, comme il en existe sur les rives du Golfe Persique. Ces forts côtiers de plan quadrangulaire sont mis en place par les Sassanides, entre le IVe et le VIe siècle. Ils créent un réseau commercial protégé par des forteresses comme celle de Siraf , Ratto Kot ou Qal’at al-Bahrayn. Ces forteresses sont réutilisées du XIIe au XVe, dans le même but de contrôle et de protection du commerce dans l’Océan Indien et le Golfe Persique. La forteresse de Ratto Kot est située sur un îlot, à l’embouchure de la rivière de Gharo reliant le site de Banbhore (ancienne cité de Daybal) à l’Océan Indien (Kervran, 1992). Cet avant-poste contrôle et protège l’accès à la ville. Ratto Kot est une forteresse quadrangulaire de 90 m de côté, avec des demi-tours assez allongées, une seule entrée et un mur intérieur parallèle au rempart. La première occupation du site date du IV-VIe siècle. La forteresse n’est réoccupée qu’au IX-XIVe siècle, pendant cette période la porte est équipée d’une barbacane. Le site de Qal’at al-Bahrayn, sur l’île de Bahrain, est une petite forteresse datée de cette époque (II-Ve siècle ap. J.-C.). Ce fort est réoccupé du XIIe au XIVe. Il sert alors de poste militaire et d’entrepôt pour les cargaisons venues de Chine (Kervran, 1994 : 328). Les tours d’angles hexagonales et les demi-tours du fort d’Husuni Ndogo se rapprochent d’édifices plus récents, du XIV-XVe siècle. Ces éléments sont présents dans l’architecture militaire seldjoukide et indienne. Husuni Ndogo est construit pendant le renouveau architectural qui touche la ville de Kilwa du XIVe au XVe siècle. Nous savons par les Chroniques de Kilwa que de nombreux indiens étaient installés sur l’île. De plus de nombreux textes et sources orales parlent d’invasions armées wadebuli (Gray, 1962 : 23-24). Ces Wadebuli seraient originaires de Daybal dans le delta de l’Indus. Ils s’installent du Sud du Kenya (Vumba) jusqu’au Sud de la Tanzanie à Kilwa. Ils auraient créé ou rénové de nombreuses villes entre le XIIIe et le XVe siècle. Cette influence d’origine indienne ou pakistanaise se traduit aussi à Kilwa par la rénovation de la grande mosquée et la construction du palais d’Husuni Kubwa. A cette époque, le monopole du commerce de l’or renforce le pouvoir de Kilwa.

Pujini est une forteresse localisée sur la côte orientale de l’Ile de Pemba en Tanzanie. Ce fort rectangulaire, aux remparts en terre, comprend une surface de 1,5 hectares. Le fort, de 125 m de côté, est entouré d’un rempart d’une hauteur de 2 m et de 5 m d’épaisseur et d’un fossé au profil en V. Ce dernier est connecté par un canal menant aux mangroves. Une dépression longe les côtés Ouest et Sud ; il s’agit peut être de la fosse d’extraction de la terre du rempart (Clark et Horton, 1985 : 27-40). Des débris de maisons en matériaux périssables ont été découverts au Sud de l’enclos et à l’extérieur. Pearce constate que l’entrée au Sud-Ouest est protégée par des tours flanquées. Le sommet du mur extérieur est percé de trous de boulin de 15 cm de diamètre. Contre le mur extérieur est aménagée une plate forme de 80 cm de large (Pearce, 1920 : 375). Actuellement il n’y a plus de traces de ces aménagements. Dans l’angle Ouest, un escalier mène au rempart. A l’intérieur du fort se dressent trois grands bâtiments. Le bâtiment central fait 46 m de long sur 8 m de large, il est doté de murs épais. Une aile de l’édifice est soutenue par huit colonnes, dont il reste les bases. Un puits carré, au Sud, alimente en eau les gens du fort.. Une hypogée est bâtie dans l’angle Nord : une volée de quatorze marches mène à une chambre circulaire taillée dans la roche. Le mur Nord est recouvert de bas reliefs en plâtre. La pièce était couverte par un dôme, dont on aperçoit des fragments. Une seconde pièce souterraine à 3 m de profondeur est construite à l’Ouest du fort. En 1931, Ingrams met à jour des marches menant à une chambre similaire à l’autre hypogée (Buchanan, 1933 : 36). Pujini est actuellement la seule forteresse swahili du XVe siècle connue sur la côte orientale. Le site de Pujini est occupé de façon continue depuis le  XIe jusqu’au XIXe siècle. En 1520, les Portugais détruisent un fort sur la côte orientale de Pemba, il s’agit sûrement de Pujini (Laviolette, 1989).

LES ENCEINTES URBAINES

Le phénomène des enceintes urbaines swahili est problématique, car il s’étale sur une longue période : du IXe siècle au moins jusqu’au XIXe siècle. De plus cet élément architectural n’est pas caractéristique d’une culture islamique ou africaine. Il y a donc tout un travail d’analyse architecturale afin de connaître l’origine des premiers remparts. Il existe beaucoup d’enceintes urbaines de la Somalie au Mozambique. Les fortifications comoriennes sont plus récentes et sont liées aux incursions malgaches. Notre étude portera essentiellement sur les enceintes du Kenya et de la Tanzanie.

Les enceintes urbaines swahili sont caractérisées par leur faible épaisseur, d’une à deux coudées (0,5 à 1m), et leur faible hauteur de 2,5 à 3,5 m. Leur tracé est assez aléatoire, il suit les murs des maisons et le sens des rues. Les remparts des cités de Paté et Siyu sont constitués de portions de murs entre les maisons. Nous les appelons des enceintes organiques, c’est à dire qu’elles n’obéissent pas à un plan préétabli et suivent la configuration de la ville. Les tours et les systèmes défensifs, comme les portes en chicane, sont quasi inexistants. Le matériau de construction est une pierre de  corail fossile (calcaire). Ces moellons sont liés avec du mortier. L’utilisation de l’environnement dans la défense n’est pas à négliger. Les îles, les estuaires, les baies et les criques sont des protections naturelles. Les villes swahili sont cachées de la mer par des mangroves ou des dunes de sable. Ainsi Takwa et Paté sont cachées au fond de chenaux dans les mangroves.
L’arrivée des Portugais est couramment décrite par les historiens comme une période néfaste pour les swahili. Cette période de troubles couvre environ deux siècles, de 1498 à 1698 ap. J.-C. Les enceintes urbaines swahili dateraient de ce moment. Cependant les guerres et les rivalités entre les cités-états swahili existaient bien avant les Portugais. Les raids de populations non islamisées sur la côte sont connus, comme par exemple les attaques Waqwaq en 900-950 ap. J.-C. La ville de Quanbalu, sur Pemba, est localisée au milieu d’un estuaire et entourée d’un gros mur. D’après les auteurs arabes du Xe siècle comme al-Masudi et Buzug ibn Shahriyar, elle ressemble à un château (Freeman-Grenville, 1981 : 103). Yakut parle aussi d’une ville puissamment fortifiée sur l’île de Pemba. Enfin quand les Portugais arrivent sur la côte orientale en 1498, ils découvrent de grandes villes fortifiées comme Kilwa ou Mogadiscio (Strandes, 1961 :  31). En effet, du IXe  au XVe siècle, les actes de piraterie et les pillages n’étaient pas rares. Le danger pouvait venir de la mer ou de l’intérieur des terres. Contrairement à l’hypothèse couramment admise, les enceintes urbaines swahili ne datent pas toutes de l’arrivée des Portugais. D’après les sources portugaises, la plupart des villes swahili possèdent un rempart qui contrarie leurs actions offensives. Les Portugais demandent aux villes prises la destruction de leurs remparts. Par exemple, ils demandent la démolition des fortifications de Paté en 1593 et 1637 (Strandes, 1961 : 140). Ce démantèlement de fortifications, pour mieux contrôler les villes tributaires, diminue malheureusement les informations pour les archéologues.

Les villes swahili ont des accords militaires avec certaines tribus de l’intérieur des terres : Malindi avec les Mosseguejos ; Mombasa avec les Muzungullos ; Paté avec les Galla ; Siyu et Faza avec les Maracatos et les Wagunya (Horton, 1985). Les Mijikenda assistent militairement les Swahili contre les Portugais en 1631-32 et durant le siège de Fort Jésus en 1696-98. 1500 Mijikenda se battent avec les Swahili en 1728. Après la prise de Mombassa en 1729, chaque tribu swahili et mijikenda envoie un délégué à Oman (Sperling, 1988). Ibn Battuta décrit des villes de la côte peuplées d’arabes et d’africains ou zanj, comme Mombasa et Kilwa. Ces noirs portent des scarifications faciales et viennent de l’intérieur des terres. Ils ne sont pas islamisés et pourtant collaborent avec les Swahili (Mutoro, 1987).

Nous présentons brièvement quatre enceintes urbaines swahili datées du XVe au XVIIe siècle, suivies des villes fortifiées segeju, datées du XIXe siècle.

La cité de Gedi est ceinturée par deux remparts (Fig. 4). Nous ne connaissons pas encore la date exacte de ces enceintes qui remontent tout au plus au XIV e-XVe siècle. Les remparts de Gedi font 2,7 m de haut. L’enceinte intérieure de Gedi est percée de trous circulaires près des portes. Un bastion  carré défend le Sud du rempart externe (Kirkman, 1964 : 113). Kirkman a découvert des pots enterrés au seuil des portes d’entrée lors de ses fouilles à Gedi ; ce rituel se rapproche de celui des Mijikenda (Kirkman, 1964). De nombreuses villes swahili sont abandonnées à la fin du XVIe siècle, à cause de raids des populations mosseguejos, zimba (du sud Zambèze)ou oromo. Par exemple, Gedi est détruite au début du XVIIe siècle par les Galla. Galla est un terme générique swahili, qui regroupe de nombreux peuples pastoraux : les Oromo jusqu’à Vumba et les Orma qui vivent actuellement autour de la rivière Tana. Le mythe des invasions ou des migrations Galla, du XVI-XVIIe siècle, recoupe sûrement plusieurs réalités (Horton, 1985).

La ville de Manda, dans l’archipel Lamu, est entourée d’une enceinte de 2 m de haut et 50 cm de large. La partie sommitale du mur est triangulaire, comme sur le rempart de Takwa. Des trous de boulins percent le mur à 1 m du sol, espacés de 1 à 2 m. Cet enclos rectangulaire cerne une surface de 250 m N-S et 125 m E-O. Une tour ronde contrôle l’angle Sud. Un bastion, peut être une porte, domine l’angle N-O. la seule porte reconnue s’ouvre au milieu du mur Est. Elle est protégée par une entrée inclinée en chicane. Un sondage peu profond dans l’angle S-E a livré de la céramique du XVIe-XVIIe siècle (Wright, 1984 : 57-58). Cependant certains éléments comme l’angle barré de la tour Sud laisse penser que ce rempart est contemporain de celui de Gedi daté environ du XVe siècle.

Le rempart de la ville d’Ungwana fait 1 m d’épaisseur. Une série de trous carrés de 20 cm de côté court à travers l’épaisseur du mur, à 60 cm du niveau actuel. Ces trous de boulin sont espacés de 1 à 1,4 m (Abungu, 1989 : 55-56).

L’enceinte urbaine de Paté, dans l’archipel Lamu, est la plus grande de la côte orientale. Elle clôt une surface rectangulaire de 27 hectares. Le mur d’enceinte fait 60 cm d’épaisseur. Des tours ont été ajoutées contre le mur Est. Le rempart est percé de sept portes ou mlango (Chittick, 1967 : 58). Le plan organique de l’enceinte est caractérisé par de nombreux angles saillants et rentrants. Paté  existe depuis le IXe siècle, mais atteint son apogée au XVIIe siècle (Chittick, 1967 et Wilson et Athman, 1997). Cette puissante cité est hostile aux Portugais qui l’attaquent en 1678, 1686 et 1687. Il n’y a aucune trace des forts portugais construits à Paté en 1678 et 1729. Cependant une porte du rempart s’appelle Mlango la Gerezani. L’appellation Gereza signifie : église en portugais et fort en swahili (Horton, 1985 : 387).

Les Wasegeju vivent sur la côte au Sud du Kenya, près de Vanga, jusqu’au Nord de la Tanzanie, autour de Tanga. Leur mode de vie et leur adhésion à l’islam en font des membres de la communauté swahili. Les villages segeju sont pour la plupart entourés de murs appelés : ngome. Ces enclos de plan rectangulaire ou polygonal couvrent de 0,5 à 3 hectares. Une caractéristique des enceintes segeju est leur aspect géométrique, le plus souvent un rectangle, et leur petite taille. Les murs, d’une hauteur de 2 à 2,5 m, sont terminés au sommet par un  replat ou une pointe. L’enceinte urbaine de Petukiza aurait été construite par des maçons de Lamu ou Zanzibar, payés en reale (dollar de Maria Theresa). L’enceinte est protégée par des portes en chicane comme à Ndumi ou à Kigirini, avec un long passage étroit parallèle à l’entrée. Galu, au Kenya, est un enclos rectangulaire de 2,2 hectares, avec deux portes Est-Ouest. Les murs peuvent atteindre 2 à 2,5 m de haut et font en moyenne de 35 cm d’épaisseur. L’établissement fortifié de Galu fut construit probablement par les Segeju ou les Digo. Il est daté de 1600-1750 ap. J.-C. (Kusimba, 1993). Le rempart segeju de Zingibari, en Tanzanie, est défendu par un bastion dans le mur Nord de 3 m de côté. L’enceinte de la ville Moa possède aussi un bastion aménagé dans le mur Sud. Le bastion, de 2,1 m de haut, fait saillie à l’extérieur sur 2,4 m et s’enfonce à l’intérieur de 3,35 m.

Ces bastions rectangulaires sont aménagés aux portes ou aux angles de l’enceinte. Des trous cylindriques percent les murs des bastions et les murs à proximité des portes. Ces perforations ressemblent à celles du fort Santiago de Kilwa (Mturi, 1975). Habituellement on les identifie comme des meurtrières pour jeter des flèches ou pour tirer au mousquet (Fosbrooke, 1960 : 33). Cependant ces trous circulaires sont très petits et ont un angle de feu très limité. De plus, ils sont à hauteur de visage d’homme, ce qui ne rend pas leur utilisation aisée. Nous pensons qu’il s’agit plutôt de trous de boulins pour soutenir une structure légère en bois, tel un chemin de ronde ou une terrasse de tir. Ce type de défense est connu dans l’intérieur des terres, chez les Sonjo qui possèdent des villages fortifiés. L’entrée des villages sonjo est défendue par une seule entrée d’une profondeur considérable. La plate forme en bois au sommet permet de tirer facilement sur les assaillants. Cette nouvelle interprétation permet de comprendre la véritable fonction des mystérieuses fenêtres de tir présentes sur tous les remparts swahili.

Les populations Digo vivent au Sud du Kenya, dans de grands villages avec des fortifications similaires à celles des Segeju. Les enceintes urbaines segeju et digo datent du XIXe siècle. Les anciens disent que ces structures ont été érigées par leurs ancêtres contre les agressions massaï. Cependant les raids massaï étaient peu fréquents sur la côte. Fosbrooke indique que les Segeju étaient attaqués par les Pare et se battaient aussi entre eux et capturaient des esclaves dans les villes Digo. Ces antagonismes côtiers expliquent mieux les fortifications de cette époque (Fosbrooke, 1960 : 36).
Fonction des enceintes
L’enceinte urbaine swahili est avant tout un élément fonctionnel qui protège les citadins des agressions de populations de nomades-pasteurs comme les Massaï, les Oromo, les Galla ou les Somali. Les villes côtières sont parfois en guerre entre elles et doivent aussi se protéger des Portugais ou des pirates. Les portes sont les endroits les mieux défendus, avec parfois des entrées en chicane et plus couramment des plates-formes de tir et des chemins de ronde, le long des remparts.

Nous avons remarqué que certaines entrées aménagées dans les remparts étaient associées à une production de fer. A Ungwana, le sondage n°4, réalisé par G. Abungu, a livré un niveau ancien avec des scories, des tuyères et des résidus de fer et de cuivre. Ces activités de forge sont observées près des remparts  (Abungu, 1989 : 77). Des restes de scories de fer et de tuyères ont été trouvés à Galu, dans un sondage sur un petit monticule à la sortie de la porte Ouest (Kusimba, 1993). Ce site de production de fer est peut être plus ancien que l’enceinte, d’après C. Kusimba. Cependant on peut aussi envisager le  rejet vers l’extérieur des déchets de forge, ou bien la présence d’un atelier à la périphérie de la ville. Quelle est alors l’interaction entre ces activités métallurgiques et les portes des enceintes ?
Bipartisme des villes swahili

Les villes swahili sont composées de plusieurs unités. Ainsi la ville de Paté est composée de neuf clans. Les quartiers ou mitaa abritent des populations swahili différentes. Chaque clan possède sa porte à laquelle est souvent associée une rue principale et un quartier. Le rang de chacun dépend de son arrivée dans la ville. D’après le nombre et la localisation des portes dans la ville de Gedi, nous pensons qu’il existait cinq rues principales avec autant de quartiers et de clans (Fig. 4). Les membres d’un clan partagent la même porte mlango moja (Prins, 1971).  Cette porte  dans l’enceinte est un élément architectural initiatique et social. Des pots contenant des substances magiques sont enterrés aux seuils de ces portes, ils sont censés protéger les occupants de la ville. La construction de nouvelles portes est difficile : en effet chacune d’elle étant associée à un clan, le changement de chiffres entraîne une modification sociale de l’espace. Notre hypothèse est qu’une mosquée et une porte dans l’enceinte sont toutes les deux révélatrices d’un quartier. Les mosquées bâties sur les remparts constituent alors des marqueurs de zones sensibles. C’est à dire que l’on construit une mosquée à l’emplacement d’une nouvelle porte ou d’une ancienne issue que l’on veut condamner. Nous pensons que ce système s’applique aux mosquées sur les remparts de Gedi ou de Paté (Fig. 4). Nous voyons se dessiner un espace social dans lequel portes et remparts jouent un rôle structurant.

Des restes d’habitats en matériaux périssables furent découverts en dehors de l’enceinte d’Ungwana (Abungu, 1989 : 80). Dès lors, deux hypothèses se présentent : soit les maisons de terre furent construites après le rempart ; soit le rempart joue un rôle symbolique et sépare la ville en deux parties. Les villes swahili actuelles sont en effet bipartites : une partie est réservée à l’élite, makabila ya waungwana et l’autre aux gens de basse condition, Wazalia (Kusimba, 1993). La cité de Gedi est protégée par deux enceintes qui rappellent la division binaire des villes swahili. Le centre de la ville swahili est réservé à des activités communautaires, c’est un lieu de rencontre des anciens, des cérémonies de mariages, de funérailles (Horton, 1985 : 178-179). Cette tradition est toujours vivace en Somalie et aux Comores, où l’enclos central est appelé fumboni  (Elliot, 1923). Cet espace sacré, neutre pour tous les clans, est le lieu où se trouve la grande mosquée.
Origine africaine des enceintes

L’espace urbain et l’enceinte swahili possèdent une organisation d’origine africaine. Il existe en effet des populations vivant dans l’arrière pays côtier, les Mijikenda, qui partagent la même division de l’espace que les Swahili, avec la présence d’un espace sacré au centre de la ville et une fonction symbolique associée aux portes.

Les Swahili et les Mijikenda ont la même organisation spatiale, la même origine linguistique, les mêmes traditions et le même système politique. De plus, les Swahili et les Mijikenda partagent la même tradition céramique. Cette céramique, dite “à triangles incisés”, ou “tradition Tana” pour le Kenya, apparaît au VIIe-VIIIe siècle. Elle est répandue sur toute la côte orientale et pénètre dans l’intérieur des terres.

Le lien entre les Mijikenda et les Swahili est renforcé par la glottochronologie. Les langues swahili et mijikenda viennent d’une même souche linguistique, le Sabaki, une langue bantou (Sperling, 1988). La séparation linguistique entre les deux groupes se fait entre 500 et 700 ap. J.-C.

Les Proto-Swahili s’installent sur la côte, adoptent une vie maritime et se spécialisent dans la pêche. Ils se différentient de plus en plus des Mijikenda au contact des marchands venus du Golfe Persique et de la mer Rouge. De nombreux éléments séparent les deux groupes, comme la construction de bateaux, l’introduction de l’islam et l’architecture en pierre de corail au X-XIe siècle. Les premiers islamisés arrivent sur la côte orientale entre le VIIe et le VIIIe siècle, ils s’installent dans des villes préexistantes comme Shanga. Au XIIe siècle, al-Idrisi mentionne l’existence de nombreuses villes swahili encore païennes. Par contre au XIVe, Ibn Battuta affirme le caractère islamique de toutes les villes rencontrées. Six siècles ont donc été nécessaires à l’islamisation complète de la côte et à la formation de la culture swahili.

La migration des Mijikenda entraîne une controverse. D’après Spear et Burton, les Mijikenda se déplacent vers le Nord du Kenya au XVIIe siècle ; alors que d’après Mutoro (1983) et Soper (1966) cette migration remonte au VIIe  siècle. En fait, il y a eu au moins deux migrations mijikenda : aux V-VIIe siècle et aux XVI-XVIIe siècle. Les Mijikenda migrent vers le VIe siècle entre la rivière Tana et le Wadi Shebelle (Sud de la Somalie). Ils rencontrent des groupes d’agriculteurs bantous déjà en place, ces derniers sont absorbés ou rejetés. Au XVIe siècle, les Mijikenda et d’autres populations sont installées dans la région de Shungwaya, entre Brava et Bur Gao, selon A.H.J. Prins et V. L. Grottanelli. La seconde migration du XVIe siècle serait due à des mouvements Oromo et Somali le long de la rivière Juba (Sperling, 1988 : 12-39 ). Ils poussent vers le Sud les populations Mijikenda, Bajun, Segeju et Pokomo (Brown, 1985). Certains Pokomo, sur la partie haute du Tana, se disent autochtones alors que ceux du delta disent venir de Shungwaya (Abungu, 1989 : 154-155). Cela renforce l’idée de deux migrations. Ce déplacement de populations serait du au djihad d’Ahmed Gran en 1528. En attaquant le royaume chrétien d’Ethiopie, ce dernier exerce une pression sur les tribus galla et somali qui migrent au Sud, poussant à leur tour d’autres populations. C’est l’effet domino des mouvements de populations pastorales (Hawthorne, 1981 : 6).

Shungwaya est donc connue comme la patrie d’origine de nombreuses populations comme les Pokomo de la rivière Tana, les Mijikenda, les Segeju et les Swahili dont le groupe des Bajuni (de Vere Allen, 1984). Les peuples de Shungwaya sacralisent tous les établissements dans lesquels ils vivent. Les mijikenda ont les kayas et les swahili les miji (villes).

Les Kayas sont les villages fortifiés mijikenda, bâtis sur des collines au milieu d’une forêt dense. Au delà de cette protection végétale s’étendent des champs de sorgho et millet, cultivés intensivement (Spear, 1981 : 88). I(li)-kaya veut dire maison, lieu de respect (Werner, 1915 : 341-344). Le Kaya est entouré d’une double enceinte circulaire composée d’une palissade de pieux. Le rempart est percé de deux à quatre entrées symétriquement opposées, N-S et E-O. Ces entrées sont défendues par des fossés, des murs de pierre sèches de 2 m de haut et des portes en bois. Près de l’entrée est enterré un pot rituel, le fingo, qui contient des charmes magiques pour protéger le village des ennemis. Chaque entrée du Kaya est associée à un clan et chaque clan possède son quartier. Les enceintes et les portes des Kayas disparaissent au XXe siècle, car les problèmes militaires se raréfient avec les protectorats européens et une baisse de la démographie dans la région.

Au centre du Kaya, se dresse une place : le moro, où est enterré le fingo principal. C’est une poterie ou une pierre sacrée qui proviendrait de Shungwaya, elle exerce une magie protectrice  sur le village (Spear, 1978 : 48) . Le centre est réservé aux sépultures, signalées par des pots appelés vigango. Au centre du moro est construite une grande maison, entre un ficus bussei (mgandi) et un baobab (muyu). Cette maison contient des reliques réservées aux initiés, c’est la place la plus sacrée du Kaya. Le conseil des anciens a lieu dans un édifice sur la place. Cet espace a une origine pastorale, son nom moro veut dire “enclos pour le bétail”. La partie résidentielle du Kaya est installée autour de cet espace sacré et s’appelle parfois boma.

Nous venons de voir que les enceintes urbaines ne sont pas spécifiques à la côte. Les populations pastorales vivent dans des villages circulaires,  au centre desquels se trouve le boma, l’enclos pour le bétail. Ces villages sont protégés par des fossés et des levées de terre. Le lieu de culte est situé au milieu du boma. Les portes en chicane, les entrées avec une plate-forme de tir et l’organisation spatiale des villages de l’intérieur des terres sont identiques aux villes swahili.

Ces villages sont habités par des groupes d’agriculteurs ou de pasteurs non islamisés, comme les Bukusu. Chaque clan possède son fort qui est un enclos circulaire ou ovale avec un fossé de 2 à 4 m de large et 2,5 m de profondeur. Les remparts font de 0,25 à 1,5 m d’épaisseur et de 1,5 à 3 m de hauteur. Le rempart s’élève au dessus de l’entrée principale sur environ 5 m et forme un bastion triangulaire. Des petits trous sont percés dans le mur pour lancer des flèches. Des niches sont aménagées le long des murs près de la porte. Ces cavités contiennent des ruches qui sont lancées sur les ennemis. Chaque entrée du fort est dirigée par un ancien, qui est responsable de sa défense. Les habitations des jeunes guerriers sont situées près des portes afin de réagir rapidement à une attaque.

Enfin l’utilisation de la pierre dans l’architecture de l’Afrique orientale n’est pas limitée à l’aire swahili, au Grand Zimbabwe, à l’arrière pays du Mozambique et à la Rhodésie. Il existe des forts et des enceintes de pierres liées avec de l’argile sur les hauts plateaux kenyans et tanzaniens, comme par exemple les capitales fortifiées des Merere et les murs Kwawa (Gillman, 1944). Toutes ces fortifications n’ont malheureusement pas fait l’objet d’une étude comparée et il nous est difficile d’établir une chronologie des édifices militaires de la région. Nous pouvons simplement constater que l’utilisation de la pierre de corail dans l’architecture est peut être d’origine africaine.
Conclusion : Pour une Histoire des fortifications swahili

L’étude des fortifications swahili apporte de précieux renseignements sur l’histoire, la géographie politique et les mouvements de populations. Nous avons vu que les swahili utilisent l’environnement pour leur défense. L’analyse des fortifications côtières révèle une origine pastorale des swahili (marins, pêcheurs et commerçants). La date de création des ouvrages militaires renseigne sur les problèmes politiques et économiques de la côte.

Une fortification est généralement un élément architectural de crise. Cependant notre contribution montre que la réalité est beaucoup plus complexe. L’absence d’informations a souvent abouti à des généralisations excessives, comme le fait d’imputer aux Portugais la mise en place d’enceintes urbaines. A part le célèbre exemple de Fort Jésus, il semble que les Portugais n’aient pas beaucoup influencé l’architecture militaire de la côte orientale.

Le phénomène des forts et des enceintes urbaines peut sembler homogène dans une étude comme celle-ci. Cependant les fortifications swahili forment plusieurs groupes distincts. Les fortifications somaliennes, par exemple, sont différentes de celles du Kenya et de la Tanzanie. Les forts de style somalien sont de petite taille, massifs, quadrangulaires et ramassés sur eux mêmes. Les maisons à étage en périphérie de la ville forment de véritables remparts comme à Gandershe. Cette histoire régionale de la fortification swahili reste à écrire.

References Swahili warfare
Stephane PRADINES

2002 – L’art de la guerre chez les Swahili : les premiers forts d’Afrique orientale, Journal des Africanistes 72-2, Société des Africanistes, Paris, p. 71-87.

2002 – Des forts omanais en Afrique orientale : une protection des intérêts économiques du sultanat de Zanzibar, La défense des côtes et cartographie historique, CTHS, Paris, p. 163-180.

1998 – Enceintes urbaines swahili et forts omanais, Les Cahiers de l’IFRA, n°11, Nairobi : Institut Français de recherche en Afrique, p. 4-23.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Kenya, Tanzania, Comoros