Songo Mnara

Foreword
The Conservation Project of the French Embassy in Tanzania started in 2002 and ended in 2005. Our Archaeological mission ran from 2004 to 2006, first in Songo Mnara, then in Sanje ya Kati.
These two projects attracted many young archaeologists in the area of Kilwa, to do their Ph.D. and / or their field works.

Pierre Blanchard continues to work in Songo Mnara with World Monuments Fund (Stephen Battle, Africa Chief Department) and the Tanzanian Antiquities (Donatius Kamamba, Director and Revocatus Bugumba, Kilwa Manager). He built a house for the accommodation of travellers and researchers.
We are really proud that we managed to attract and help a new team to work in Songo Mnara (Stephanie Wynes-Jones and Jeffrey Fleisher, for their Web site, please see the link on Songo Mnara). We provided them our map of the site and Pierre Blanchard is permanently in touch with the archaeologists to sensitize them to conservation and to the protection of Swahili architecture.

 

Songo Mnara Map
Songo Mnara Map 

Plan et prospection sur le site

Seule la grande cité de Kilwa Kisiwani avait fait l’objet de fouilles archéologiques par Neville Chittick. Les autres îles de la baie n’avaient jamais fait l’objet de fouilles extensives, ainsi la cité de Songo Mnara avait juste fait l’objet de quelques sondages entre les années quarante et cinquante par Dorman et Mathew. En 2004, à l’occasion du comité scientifique de Kilwa, nous avons lancé un programme de fouilles archéologiques sur les autres sites de la baie dont Songo Mnara . Un de nos objectifs principaux était de réaliser une nouvelle carte du site, ce plan complet devait tenir compte des caractères physiques du site, de son enceinte urbaine et, bien sûr, de ses différents bâtiments. Ce nouveau relevé inclut les mosquées occidentales, notamment la mosquée funéraire au sommet de la colline , mais aussi l’enceinte de la ville et la limite entre la plage et les mangroves (fig. 30).

Nous avons recensé 26 maisons en pierre, plus l’ensemble palatial qui regroupe à lui seul six modules d’unités domestiques (fig. 31 et 32). Outre le palais, cinq maisons du site formaient des complexes domestiques de grande taille. Nous en déduisons qu’il y avait probablement un clan dirigeant et cinq familles de notables. Il est à noter que seules, quatre ou cinq maisons ont été réoccupées au XVIIIe siècle. La quasi-totalité des maisons en pierre sont concentrées dans l’enceinte urbaine. Nous n’avons observé que deux petites maisons à l’extérieur, l’une se trouve au sud du sondage SM-8 et l’autre au sud-ouest du palais à flanc de colline. Cette dernière était peut être incluse dans l’enceinte, mais le tracé de la fortification est assez flou à cet endroit. Le mur d’enceinte ne fait que 50cm d’épaisseur, cette muraille est continue sur les côtés ouest, nord et est. Seule la partie sud est plus compliquée à interpréter car elle inclut des maisons dans son tracé. Cet élément est très commun aux fortifications urbaines de la côte swahilie, il s’agit d’une économie de matériaux et de temps, la façade aveugle des maisons de pierre formant une muraille efficace. Gervase Mathew pensait que la muraille avait été construite dans l’urgence entre l’arrivée des Portugais en 1498 et l’invasion zimba de 1587 . Seul James Kirkman admettait que l’enceinte de Songo Mnara remontait peut être au XVe siècle .

Le seul grand bâtiment en dehors de l’enceinte du site est l’énigmatique mosquée de la colline (fig. 30). Cet ensemble architectural est formé d’une cour quadrangulaire entourée d’un mur au nord et d’un corps de bâtiment étroit au sud. La cour abrite une multitude de sépultures, nous en avons recensé au moins une soixantaine (fig. 33). L’édifice au sud possède un mihrâb anormalement tourné vers le nord-ouest, ce mihrâb est encadré par deux portes. La travée unique face au mihrâb était surmontée d’une voûte en berceau, maintenant effondrée. Les plafonds étaient décorés de bols en céramique incrustés. Nous pensons que cette mosquée isolée avait un usage uniquement funéraire. Son isolement et sa position dominante, visible par tous les bateaux naviguant dans la baie, restent pour nous une énigme. C’est cet édifice qui était surnommé la tour, le « Mnara » et non l’édifice construit dans la mangrove, surnommé « la pagode ». Par la suite, la confusion s’est établie, peut être après la publication de l’ouvrage de Peter Garlake dans les années soixante. Le style de cet édifice n’est pas sans rappeler une petite mosquée du Makutani de Kilwa Kisiwani .

En réalisant une prospection dans la mangrove à l’ouest du site, nous avons découvert un autre élément troublant au sujet de cette mosquée isolée… Notre hypothèse de base était que la structure dite du « Mnara » fut construite en zone inondable mais dégagée de la mangrove à l’époque médiévale, et nous pensions qu’il existait de fortes possibilités de trouver d’autres structures cachées maintenant par la végétation. Nous avons donc ouvert une voie parallèle à la plage, depuis la mosquée dite du Mnara jusqu’à la falaise au pied de la mystérieuse mosquée funéraire. Notre progression a été rendue difficile par l’eau et les racines aériennes des palétuviers. Notre surprise a été de dégager en contrebas de la falaise, un mur massif, doublement parementé avec un remplissage de moellons. Ce quai ou cette chaussée massive a été construit au contact de l’eau, il enchemise complètement le pied de la petite falaise et se trouve dans la continuité de l’enceinte au nord. Un escalier monumental en grès jaune a été trouvé au nord de la falaise, presque au contact de la plage. Cet escalier permettait d’accéder au sommet de cette chaussée, puis d’arriver par un autre escalier directement à la mosquée funéraire. Nous sommes certainement en présence d’une zone de débarquement, un point de passage important du site. La construction de ce mur épais est pour nous un autre indice de l’absence de mangroves au XVe siècle. La partie occidentale du site, avec sa chaussée monumentale et ses trois mosquées était sans aucun doute une zone de débarquement des passagers et des marchandises.

Nous avons effectué une autre prospection dans la zone boisée au sud du site. Cette zone n’avait jamais été explorée et il pouvait y avoir des édifices ou des vestiges non relevés. Nous avons inventorié un puits maçonné extra muros dans l’angle sud-est des ruines. Hélas nous n’avons pas découvert de structures importantes au sud du site, le plateau calcaire monte rapidement, seules quelques emplacements de carrières ont été observées. Les deux plus importantes carrières forment des dépressions artificielles dans le rocher madréporique. Le lit rocheux calcaire monte rapidement derrière le site archéologique, les bâtisseurs de Songo Mnara avaient donc choisi de s’installer au pied de cette élévation, sur une langue de sable blanc à l’extrémité nord de l’île. La colline visible au sud-ouest du site n’est pas vraiment une colline, il s’agit de la fin du plateau rocheux qui forme à cet endroit une petite falaise due à l’érosion maritime. La surprise de cette prospection forestière a été la découverte d’un bel ensemble de tombes maçonnées au sud-est du site. Seules deux tombes extra-muros étaient connues auparavant, elles étaient localisées juste à côté de l’enceinte. En fait, ces deux sépultures n’étaient que la partie visible de « l’iceberg », le reste des tombes était noyé par la végétation. Les tombes relevées sont des petits enclos familiaux délimités par des murets, avec au centre des cénotaphes en grès jaune. Le style de ces tombes rappelle celles de la grande mosquée et celles de la mosquée funéraire sur la colline, nous pensons qu’elles sont contemporaines de l’ensemble du site et remontent au XVe siècle.

Enfin nous avons rafraîchi quelques coupes naturelles dues à l’érosion marine, entre les deux mosquées contre la muraille à l’ouest et sur la plage face à la mosquée en zone inondable. Ces sondages n’ont rien donné et ont validé les résultats des sondages SM-1 et 2. Notre objectif était de s’assurer qu’il n’y avait pas de site ancien à l’ouest de Songo Mnara, comme cela avait été affirmé par G. Mathew. Par contre, nos prospections sur l’ensemble de l’île de Songo Mnara ont mis en évidence des sites qui pourraient bien remonter au premier millénaire et nous espérons que notre collègue tanzanien, le Professeur Félix Chami pourra travailler sur ces sites .

Mihrab Songo Mnara
Mihrab Songo Mnara 

Sondages et stratigraphie

Selon Gervase Mathew, le site de Songo Mnara était divisé en deux parties, l’une du XIe au XIVe et l’autre du XVe au XVIIIe siècle  : la ville ancienne de Songo Mnara serait donc située au sud-ouest des ruines actuelles, depuis un promontoire rocheux au sud jusqu’au Mnara, la structure en zone inondable. Ce site ancien expliquerait la présence de trois mosquées périphériques à l’ouest des ruines .

Suivant ces théories, nous avons entamé deux sondages au sud-ouest du site, l’un sur le replat en haut de la colline et l’autre au pied de cette dernière (fig. 34) . Le premier sondage, SM-1, était un carré de 4m de côté, implanté au pied de la colline au sud-ouest du site. L’objectif était de prouver l’existence d’un site ancien à l’ouest de la ville de pierre. Le sondage 1 a livré une unique couche d’occupation assez mince (fig. 36). Les premiers éléments de datation font remonter cette occupation au XVe siècle. Il n’y a pas de site ancien dans cette partie du site : il n’y a même pas de réoccupation au XVIIIe siècle. Le sondage SM-2 faisait lui aussi 4m de côté. L’emplacement du sondage a été conditionné par la présence d’un muret visible en surface. Il s’agissait d’un muret très simple, une ligne de pierre nord-sud tournant au sud à angle droit vers l’est. Notre sondage a englobé la section nord-sud, afin de dater cette structure, toujours avec  l’idée d’un établissement plus ancien situé au sud-ouest de la ville de pierre. Le sondage 2 avait aussi été implanté sur la petite colline au sud-ouest du site de Songo Mnara, car nous l’avons mentionné, une mosquée funéraire se trouve au sommet de cette éminence. Même si l’architecture de cet édifice est typique du XVe siècle, nous avions espéré découvrir des niveaux anciens montrant que la colline n’était pas uniquement un promontoire rocheux, mais un petit tell archéologique. En réalité, il n’y a aucune couche ancienne dans cette partie du site et l’élévation est totalement naturelle. Le sondage 2 a livré une unique couche d’occupation assez mince et les rares céramiques importées collectées permettent une datation autour du XVe siècle. Les deux premiers sondages, SM-1 et 2, n’ont pas donné de couches antérieures au XVe siècle, ces couches reposaient directement sur le rocher madréporique ou le sable de la plage.

Nous avons continué à poursuivre notre postulat et hypothèse départ, à savoir la présence d’un site ancien localisé à l’ouest des ruines actuelles de Songo Mnara. Les deux premiers sondages ayant livré des résultats négatifs, nous avons décidé d’ouvrir un sondage de 4m de côté au nord-ouest du site. Ce sondage n’était pas très loin du « Mnara », la mosquée en zone inondable. Le sondage SM3 était quasiment identique à SM1, la seule différence était que SM3 contenait plus de céramique, témoignage d’une activité anthropique intra muros plus importante. La base de la colline au sud-ouest était donc moins occupée que la partie nord-ouest du site qui était plus près de la ville de pierre. Autre observation importante, les trois sondages SM1, 2 et 3, ont démontré que la remarque de Gervase Mathew sur l’existence d’un site B, plus ancien que la ville de pierre, n’était pas fondée  : il n’y a aucune occupation antérieure au début du XVe siècle.

Nous avons ouvert un sondage dans la grande mosquée du site afin d’établir des éléments de datation pour ce bâtiment et voir si les couches les plus anciennes de la ville n’étaient pas finalement à cet endroit. La mosquée du vendredi de Songo Mnara est relativement petite, 11m du nord au sud et 8,5m d’est en ouest. Cette taille modeste est d’habitude réservée à des édifices anciens comme la mosquée shirazie de Kilwa Kisiwani. La salle de prière est divisée par trois nefs, avec quatre piliers octogonaux au centre reliés à quatre pilastres engagés dans les murs latéraux. L’entrée principale de la mosquée se trouve au sud, les deux portes sont précédées d’une véranda avec deux piliers. Chaque mur latéral de la salle possède aussi une porte. La zone d’ablution est marquée par la présence d’un puits au sud-ouest. La mosquée est cernée au nord par un ensemble de tombes contemporaines de l’édifice. Un enclos funéraire est attaché au mihrâb dans l’angle nord-ouest. Nous avons stocké toutes les pierres sculptées provenant de l’effondrement du mihrâb dans cet enclos funéraire. La grande mosquée de Songo Mnara a un mihrâb encadré de moulures gravées en arêtes de poisson et d’un arc trilobé. La niche est ornée d’une arcature de douze niches surmontée d’une frise représentant des mihrâb miniatures découpés finement dans des éléments en pierre de corail. Elle est couverte d’une voûte en cul-de-four cannelée.

Le sondage a été implanté face au mihrâb, dans la travée nord, précisément dans l’angle nord-est de la grande mosquée. La surface fouillée allait du mur oriental de la salle de prière au second pilier à l’ouest (fig. 35 et 37). L’unité 4000 n’était qu’un numéro de décapage, le nettoyage du sol de la mosquée, depuis la véranda au sud jusqu’aux tombes attachées au mihrâb au nord. L’US 4001 était attribuée au sol de la mosquée, surface en béton de chaux lissé. Ce sol était le témoin du dernier état de l’édifice. Sa surface était fissurée et craquelée, le plafond s’est certainement effondré dessus. A part quelques pierres des piliers et du mihrâb, aucun éboulis du toit n’était présent dans la salle de prière. Ces travaux de nettoyage ont dû être réalisés dans les années soixante par Peter Garlake et Neville Chittick. La couche 4002 était composé de pierres de calcaire corallien, « kokoto » en kiswahili, un niveau de cailloux de moins de 5cm de diamètre. Ces cailloux sont obtenus par martelage de blocs de madrépores. Ce radier contenait très peu de céramique, les rares éléments collectés se trouvaient à l’interface des couches 4002 et 4003, ils ont été enregistrés sous l’US 4002. L’unité stratigraphique 4003 était un sédiment brun sableux très fin, juste sous le radier 4002 et sur l’US 4004. La couche 4004 était un niveau avec un peu de sable blanc et des fragments de corail marin concassés, des éclats vifs et blancs « kokoto ». Ce niveau horizontal était un aménagement précédant la pose du sol 4001. Venait ensuite un sable blanc fin et homogène, qui est en fait un sable de plage rapporté. Cette couche 4005 était aussi liée à la construction de la mosquée et du sol 4001. Cet apport de sable a servi de remblai de fondation afin de surélever la mosquée. Cette couche comprenait un céladon du XVe siècle et une bague en alliage cuivreux. Nous avons ensuite distingué un sédiment sableux blanc crème, l’unité 4006, incluant des dépôts naturels de fragments de coquillages. Ce sable était moins fin que celui du dessus, plus grossier le sable de l’US 4006 comprenait des gravillons et par endroit du sable brun contaminé par la couche du dessous. La couche 4007 s’appuyait contre le mur de qibla, ce remblai s’épaississait jusqu’à 50cm d’épaisseur au contact du mur nord. C’était un sédiment brun très sableux avec beaucoup de céramique locale. La couche 4009 était un niveau de sable gris beige, fin et meuble, plus épais vers le nord contre le mur de qibla, ce qui était une indication de l’absence de tranchée de fondation pour les murs de la mosquée. Les fondations de quatre murs porteurs de la mosquée, ainsi que ses piliers, ont été bâtis sur le sol naturel. L’intérieur de la mosquée a été ensuite remblayé avec du sable pour mettre la mosquée en hauteur sur une terrasse. L’US 4009 passait sous l’unité 4007 et sur la couche 4010. L’unité stratigraphique 4010 correspondait à un niveau d’occupation précédant la construction de la mosquée. Ce petit niveau brun et sableux remonterait tout au plus à la fin du XIVe siècle. Une coupelle complète de céramique locale a été exhumée à l’interface entre 4010 et 4008. Le substrat naturel 4008 était un sable de plage, blanc très fin et homogène. La fouille a été arrêtée à 2,10m sous le niveau de sol de la mosquée.

La grande mosquée de Songo Mnara, comme beaucoup de mosquées swahilies, était rehaussée sur une terrasse artificielle. L’édifice a été fondé au début du XVe siècle sur un petit niveau d’occupation peut être de l’extrême fin du XIVe siècle. La mosquée ne semble pas avoir été réaménagée, car nous n’avons découvert qu’un seul niveau de sol. Il est fort probable que cette mosquée n’était plus en activité lors de la brève réoccupation du site au XVIIIe siècle. Les éléments de datation de la grande mosquée ne changent en rien nos premières conclusions pour la partie occidentale du site : la ville de Songo Mnara a été fondée ex nihilo au XVe siècle et sa réoccupation partielle au XVIIIe siècle n’a pas laissé de traces archéologiques probantes.

Pour être sûrs des datations apportées par la fouille de la mosquée, nous avons ouvert presque simultanément un sondage à l’est de cette dernière. La zone de fouille se trouvait circonscrite entre plusieurs bâtiments en pierre, notamment la grande mosquée au nord-ouest, une belle maison de notable  à l’ouest et une petite maison au nord. Le carré de fouille de 4m de côté était implanté au pied des éboulis de la grande maison occidentale (SM-5). Ce grand sondage fut rapidement divisé en deux et seule la partie occidentale a été fouillée, sur une surface de 2m sur 4. Il n’y avait aucun intérêt scientifique à passer beaucoup de temps sur une grande zone presque stérile. Vu la pauvreté du site de Songo Mnara, nous sommes arrivés à la conclusion que les prochains sondages seraient limités à des carrés de deux mètres de côté. A part la découverte d’une sépulture islamique : S501, qui regroupait les unités stratigraphiques 5006 et 5004, plus le creusement de la tombe 5005. Ce sondage n’apporta rien de nouveau au niveau stratigraphique, avec un seul niveau d’occupation et la présence de tombes autour d’une mosquée est tout à fait habituelle. Le seul élément à noter fut la découverte d’un bord de bol de grès blanc chinois, un Dehua, qui remonterait à la fin du XIVe siècle. Il s’agit du matériel archéologique le plus ancien que nous ayons découvert sur le site. Il a été trouvé dans une couche attribuée au XVe siècle sur la base des céramiques importées collectées dans ce sondage. Il ne nous semble pas improbable qu’il y a eu une petite occupation à la fin du XIVe siècle, précédant de peu la construction de la ville de pierre au début du XVe siècle.

A ce moment de la fouille, nous étions quasi-certains que le site n’était pas antérieur au début du XVe siècle, ou au plus tôt à la fin du XIVe siècle. Nous avons décidé alors d’étudier l’évolution de la petite ville de Songo Mnara, depuis le XVe siècle jusqu’à sa réoccupation au XVIIIe siècle. Il s’agissait de savoir si la ville avait été occupée en continu, ou si elle avait été abandonnée dans la seconde moitié du XVIe siècle. Enfin, nous avions aussi des interrogations concernant la réoccupation de certains édifices, concernait-elle uniquement le XVIIIe siècle ? ou avait-elle perduré jusqu’au sultanat de Zanzibar, au XIXe siècle ?

Songo Mnara Courtyard of the Palace
Songo Mnara Courtyard of the Palace 

Pour obtenir des réponses, nous avions besoin de matériel archéologique, notamment de la céramique importée afin de réaliser des datations. Nous avons fait une petite prospection à travers les ruines à la recherche d’espaces contigus aux maisons ayant pu servir d’arrière-cour et de zones de dépôts d’ordures ménagères. Au sud-est du palais, nous avons repéré un petit tumulus couvert de fragments de céramiques (SM-7). Le sondage SM-7 était situé au sud-est du palais. Il s’agissait d’un secteur de fouille intra muros, dans un espace vide entre le palais et la maison dite du « bureau du sultan ». La zone formait une petite protubérance, un petit tumulus couvert de céramiques en surface. Le sondage SM-7 a été implanté sur ce tas d’ordures datant du milieu du XVe siècle jusqu’au milieu du XVIe siècle. Malgré la présence de bâtiments réoccupés au XVIIIe siècle, nous n’avons pas collecté de céramiques importées ou même de niveaux stratigraphiques datant de cette période. Ce fait appelle deux explications de notre part : d’abord l’absence de céramique importée ne veut pas dire qu’il n’y a pas de mobilier archéologique du XVIIIe siècle, car la céramique locale des périodes récentes est très mal connue et nous est très difficile de dater ce type de tesson. Cependant les couches 7001, 7002 et 7003 ont toutes livré de la céramique importée, nous avons ainsi pu définir des horizons céramiques bien précis du XVe et du XVIe siècle. Il y a donc une véritable absence du XVIIIe siècle et nous pensons que la ville a été faiblement réoccupée, peut être par quatre ou cinq familles seulement. Autre point à soulever, nous avons constaté sur tous nos sondages que l’ensemble du site de Songo Mnara était très pauvre de part la faible quantité de matériel céramique récoltée et sa qualité médiocre. Par qualité, nous entendons la présence de céramique locale de luxe, comme la poterie engobée et graphitée ou les céramiques importées, frittes islamiques ou porcelaines chinoises… La ville de Songo Mnara devait être une étape mineure, un relais ou une zone d’exploitation agricole satellite de Kilwa. Songo Mnara n’était donc pas un acteur économique important de la baie de Kilwa.

Nous avons établit un autre sondage de 2 mètres carré au sud de la ville, à l’extérieur de l’enceinte. Nous avons pu tirer deux observations du sondage SM-8. La première note est d’ordre archéologique, il est intéressant de ne pas avoir trouvé de vestiges de bâtiments en matériaux périssable à l’extérieur de l’enceinte. La ville est de très petite taille et ne dépasse pas du périmètre urbain délimité par son enceinte. L’absence d’ordures et de déchets anthropiques, en périphérie de la cité, est révélatrice de la faiblesse des activités économiques du site. La seconde observation est d’ordre géologique, le substrat calcaire, le lit rocheux de l’île monte assez rapidement derrière le site, au sud. L’endroit où il est le plus haut est la partie sud-ouest où se dresse la mosquée funéraire, mais il ne faut pas oublier que le site de Songo Mnara est entouré par un plateau calcaire au sud et au sud-est, derrière la nécropole et la présence de la forêt derrière le site a limité nos observations topographiques.

A part le cas de la grande mosquée, nous avions établi toutes nos fouilles en dehors de bâtiments. Nous avons alors décidé d’ouvrir une fouille dans une maison en pierre. Le lieu choisi était une pièce de la maison dite « du bureau du sultan ». Ce « bureau » du sultan est en fait une pièce avec une voûte en berceau dont le plafond est orné de dizaines de bols en céramique. Ce plafond du XVe siècle est remarquablement bien conservé. Cette maison est appelée ainsi depuis Dorman dans les années trente, qui voyait dans la magnificence du lieu, un bureau pour le sultan de Songo Mnara … La pièce choisie était une petite pièce carrée à l’ouest de la pièce à la voûte en berceau. Le mur sud de la salle servait d’enceinte, puisque la partie sud de la ville n’avait pas vraiment d’enceinte, c’était le corps des maisons qui servait de fortification. Le bâtiment est assez intéressant, car il présente une succession de petites pièces carrées aménagées à l’arrière de sa cour principale. Beaucoup de ces pièces sont des latrines et nous nous demandions pourquoi un même édifice concentrait tant de salles d’ablution et de latrines le long de sa façade sud. Lors des fouilles, le niveau 8001 était composé de gros blocs de calcaire et sédiment brun sableux. Il s’agisait d’éboulis, du niveau de destruction du bâtiment. Le sol 8002 était un béton de chaux lissé, c’était le dernier état de la pièce, le dernier niveau d’occupation. Nous avons dégagé le seuil de la porte au nord. Le seuil lui même avait disparu, mais l’emplacement d’une marche en bois était toujours visible en négatif sur les côtés des montants. Nous avons limité la fouille à la partie occidentale de la pièce. La couche 8003 était un cailloutis de 10cm de diamètre, une sorte de radier pour le sol 8002. L’unité stratigraphique 8004 était un sédiment de couleur ocre, meuble et argileux avec des inclusions de sable. Une grande quantité de perles fut découverte à ce niveau, à l’interface entre les couches 8004 et 8003. Les perles étaient ensevelies contre le mur nord, essentiellement dans la fente du seuil et dans l’angle nord-ouest. Certaines perles étaient incluses dans l’US 8004 à cause du piétinement des occupants de la maison. Ces petites perles, en pâte de verre, étaient de couleur rouge, jaune et verte. La couche 8005 était un lambeau de sol en plâtre plus ancien, recouvert par l’unité 8003. Le niveau du sol 8005 remontait légèrement vers l’ouest et témoignait de la présence d’une cloison nord-sud, séparant l’espace des ablutions de celui des latrines. La partie nord-ouest comprenait un conglomérat de mortier et de pierres, plus ou moins circulaire avec une cavité au centre. Il s’agissait du départ d’un puits de latrines. L’US 8006 fut attribuée au creusement consécutif à l’installation des latrines, F 801. Nous n’avons pas entamé la fouille du puits, les latrines des maisons swahilies pouvant atteindre 6 à 7m de profondeur. L’intérêt de cette fouille a été de montrer que les aménagements domestiques étaient plus complexes que la construction des édifices religieux de Songo Mnara. Cependant, cette complexité reste toute relative, le sol de la maison n’étant qu’à une trentaine de centimètre au-dessus du rocher naturel. Une autre information concerne l’abandon rapide des latrines et la réutilisation de l’espace avant la fin du XVe siècle.

Enfin, nous avions ouvert un dernier sondage, SM-9. Ce carré de fouille, de 2 sur 2m, était établi exactement au centre du site de Songo Mnara. Ce neuvième sondage corroborait toutes nos observations précédentes : la ville de Songo Mnara était un établissement mineur, fondé ex-nihilo sur une plage de sable blanc au début du XVe siècle. Il n’y avait pas de ville ancienne, que ce soit à l’ouest, à l’est ou au centre du site (fig. 36).

Songo Mnara Palace door
Songo Mnara Palace door 

Le matériel archéologique

Nous avons comptabilisé moins de 8642 tessons de céramique, ce qui est peu pour un site swahili du XVe siècle, si proche de Kilwa Kisiwani (fig. 38 et 39). De plus, la quantité de céramique importée est très faible. Ces facteurs sont révélateurs d’une économie locale de faible importance. Nous n’avons aucune stratigraphie antérieure à la fin du XIVe siècle. L’unité stratigraphique 5002 du sondage SM-5 a livré un bord de grès blanc porcelaineux Dehua appelé aussi céramique « Marco Polo ». Cette production chinoise est attribuée à la seconde moitié du XIVe siècle. Hélas ce tesson est dans un contexte stratigraphique bien daté de la fin du XVe siècle ; cet objet est donc hors contexte. Une seule autre pièce datée de la fin du XIVe siècle a été découverte, il s’agit d’un fond de bare-circle céladon ramassé sur la plage face au Mnara. Ce qui est étrange c’est qu’aucun de ces deux tessons n’ait été trouvé dans un contexte archéologique cohérent, l’un a été découvert dans des couches de la fin du XVe siècle et l’autre en surface, sur la plage. Nous avons pourtant ouvert des sondages sur la quasi-totalité du site de Songo Mnara et nous n’avons trouvé aucun niveau de la fin du XIVe siècle, à part le niveau 4010 sous la grande mosquée qui est peut être le seul témoignage d’un établissement primitif de l’extrême fin du XIVe siècle. Cependant cet établissement devait être très petit car il n’a laissé aucune trace architecturale et aucune couche archéologique conséquente de cette époque.

Le niveau SM-1-1002 a livré un fond de porcelaine bleu et blanc et un bord de céladon remontant tous les deux au XVe siècle. Une panse de grès chinois du début du XVe siècle a été découverte dans la couche 2001 du sondage SM-2. L’US 2001 a aussi livré un pot à pâte blanc crème, sa panse sphérique est ornée d’incisions et d’impressions et la roulette. Ce pot est très proche de certaines productions yéménites découvertes à Zabid . Toujours dans la partie occidentale du site, le sondage SM-3 a permis d’exhumer deux tessons de panses de céramique omanaise à pâte blanche datés de la fin du XVe siècle, trois tessons de panses de frittes iraniennes aux glaçures noires et turquoises, une panse et un bord de céladon chinois ainsi qu’un bord de bol de porcelaine bleue et blanche, toutes ces pièces sont datées du XVe siècle et se trouvaient dans l’unité stratigraphique 3002. L’US 9001 du sondage SM-9 contient un tesson de panse de poterie iranienne aux glaçures noires et turquoise, presque azur.

La fouille de la mosquée, le sondage SM-4, a permis de constater que la mosquée a été érigée sur une terrasse artificielle avec une seule grande phase de construction. Le niveau de sol actuel est le niveau original à l’achèvement de la construction de l’édifice. L’US 4005 comprend un bord à marli d’une assiette de céladon et un bord d’un bol local à engobe bordeaux et à bandes brunes verticales. La couche de remblai 4006 contient un bord de porcelaine bleue et blanche, peut être du Vietnam, quatre bords et deux fragments de panses monochromes bleues Kung. La poterie locale fine est aussi présente avec des productions graphitées à pâte orange-grise et des bords avec de larges bandes graphitées, des pâtes de teint orange clair avec un engobe bordeaux interne, notamment trois bords et trois tessons de panse aux bords graphités de lignes et de chevrons, enfin des tessons de pâte orange, deux bords et un fond, avec des lignes marrons peintes. Le niveau 4007 a livré des tessons de bord et de panse de monochromes islamiques, bleus et verts. Seules les couches 4009 et 4010 correspondent à un niveau d’occupation antérieur à la construction de la mosquée. Nous avons exhumé une coupelle locale complète, un grand fragment de panse à engobe rouge avec des lignes de graphite formant des triangles hachurés, ainsi qu’un gros tesson de grès chinois avec des anses de préhension.

Les céramiques les plus récentes que nous avons recensé, ne datent que du milieu du XVIe siècle, de 1500 à 1550 environ. Le sondage SM-3 a livré du matériel du début du XVIe siècle. La couche 3001 consiste en un épandage de déchets à la limite de la ville, ces rejets d’ordures sont toutefois intra-muros. Nous avons recensé un tesson de pâte blanche en provenance du nord-ouest de l’Inde ou d’Iran, deux bords de céramiques turquoise aux lignes noires, une panse et un bord de monochrome bleu islamique, une panse et un gros fond épais de céladon, une base de porcelaine bleue et blanche, ainsi qu’une forme archéologiquement complète de bleu et blanc thaïlandais ou vietnamien, qui porte une agrafe de réparation en cuivre.

La couche 5001 du sondage SM-5 a livré un matériel de transition de la seconde moitié du XVe siècle au début du XVIe siècle. Nous avons inventorié une panse aux lignes noires et au revêtement de glaçure turquoise en provenance d’ Iran, un tesson de panse islamique monochrome verte, un bord et trois panses de céladons dont deux tessons assez épais, certainement du début du XVIe siècle, ainsi que trois porcelaines bleues et blanches dont un fond avec un motif en étoile du XVIe siècle. L’unité stratigraphique 5002 comprend des fragments de lampe à huile, une fusaïole, un bord d’écuelle locale à engobe rouge et une panse de céladon côtelé de la seconde moitié du XVe siècle.

Le secteur SM-7 est un secteur de rejet d’ordures à l’arrière des grandes maisons au sud des ruines. La couche 7001 a livré un bord de brasero ou fingo, un fragment de panse monochrome bleue, une panse, un bord d’assiette et un fond épais de céladon, quatre tessons locaux engobés rouges, trois tessons de jarre en grès chinoise et un tesson de panse de porcelaine bleue et blanche de Siam. Tout ce matériel est attribué au XVIe siècle. L’US 7002 est un niveau de rejets anthropiques légèrement plus anciens, de la seconde moitié du XVe siècle au début du XVIe siècle. Cette unité comprend trois perles et deux fusaïoles dont un tesson en réemploi et une fusaïole biconique en calcite. La couche 7002 a été datée grâce à trois fragments de jarres chinoises en grès  noir, trois panses et un fond de monochrome islamique bleue, un fond, trois fragments de panse et un bord de céladon, une lèvre de porcelaine bleue et blanche, ainsi que des fragments de fritte blanche iranienne aux glaçures turquoises et noires.

Nous n’avons pas trouvé de céramiques entre le XVIIe et le XIXe siècle. Cette observation n’est pas liée à notre manque de connaissance de la céramique locale pour les périodes modernes et contemporaines, mais à l’absence pure et simple de couches pour ces époques. Si les niveaux archéologiques et les couches d’occupation sont absents pour ces périodes, cela veut simplement dire que le site était quasiment abandonné à la fin du XVIe siècle. La réoccupation de certains édifices au cours du XVIIIe siècle, comme le palais, n’a pas affecté l’ensemble du site. Les quelques familles restantes étaient installées dans une ville morte, sans générer un renouveau économique ou un apport conséquent de population : c’est du moins ce que nous témoignent les vestiges matériels.

Songo Mnara, un établissement agricole satellite

Notre plan de Songo Mnara pourra servir pour de futurs travaux de restauration ou de promotion des ruines . Nos neuf sondages ont permis d’avoir une vue générale de l’évolution urbaine de ce site, en apportant des éléments concrets pour sa datation. Sur toute l’emprise du site, le substrat naturel est un sable blanc très fin ou le tablier rocheux de l’île. Les couches archéologiques sont posées directement sur ces deux types de sols, il n’y a pas de niveaux intermédiaires stériles. Cela correspond assez bien à ce que l’on peut apercevoir de nos jours :  les gens se sont établis sur une plage au bord de la mer. Les anciens habitants ont fondé leur petite ville au bout de l’île de Songo, sur une langue de sable blanc surplombée d’un plateau de calcaire madréporique exposé à l’air nu. Ce tablier rocheux monte directement derrière le palais au sud-ouest et remonte plus doucement dans la forêt au sud et au sud-est du site. Les parties nord et ouest font face à la mer et l’enceinte du site suit le contour de la plage. Nous pensons que la plage occidentale du site de Songo Mnara s’ouvrait largement sur l’océan et qu’il n’y avait pas de mangroves . Nos fouilles ont permis de voir que la ville de Songo Mnara a été fondée ex-nihilo à la fin du XIVe siècle, cette agglomération, de très petite taille, de 4,4 hectares, dépasse rarement le périmètre urbain imposé par son enceinte. Le site a été abandonné dans la seconde moitié du XVIe siècle, puis réoccupé très brièvement par quelques familles au cours du XVIIIe siècle.

La quantité de matériel archéologique est très faible et la quantité de céramique importée est infime comparée aux autres sites swahilis des côtes tanzaniennes et kenyanes. Cela veut dire que Songo Mnara n’a pas été réellement impliqué dans le commerce international à travers l’océan Indien, la ville n’a jamais eu un poids économique ou politique important. Cet établissement mineur était un satellite de Kilwa, peut être fondé par des réfugiés d’agglomérations plus anciennes comme Sanjé ya Kati. Songo Mnara est un petit site du XVe siècle, dont les bâtiments sont extrêmement bien conservés. La réoccupation au XVIIIe siècle a été un événement mineur, lié à quelques familles et qui n’a pas entraîné de remaniements architecturaux ou de dépôts stratigraphiques majeurs. Les établissements en pierre swahilis ne sont pas toujours des centres importants, surtout au niveau politique et la monumentalisation des édifices n’est pas toujours un critère efficace pour dire qu’un site swahili a été important sur la scène politique ou économique. C’est le cas des grandes maisons de Songo Mnara ou du site tardif de Sanga Rungu : une grande maison en pierre est le témoin de la présence d’un notable « wa-ungwana », mais l’édifice n’exprime en rien l’importance du site.

Songo Mnara était certainement un centre d’approvisionnement secondaire pour la cité de Kilwa, l’île abrite encore des élevages et des plantations, notamment de cocotiers. Songo Mnara a pu aussi être une résidence secondaire pour quelques notables de Kilwa (cette hypothèse a déjà été évoquée par les auteurs précédents comme Chittick, Gervase Mathew et G. Freeman-Grenville, qui y voyaient le palais d’été des sultans de Kilwa !). Cette hypothèse pourrait se rattacher à l’hypothèse du mashamba ou du centre agricole, certains notables de Kilwa venant s’installer sur l’île pour surveiller leurs exploitations.

Les résultats des fouilles de Songo Mnara ont permis de déterminer  la durée d’occupation de ce site et d’interpréter sa fonction par rapport à Kilwa. Songo Mnara était un petit site fortifié composé d’un ensemble de grandes maisons en pierre, appartenant certainement à des propriétaires terriens de l’île de Songo ou de Kilwa. Le site n’a pas joué de rôle important dans le commerce transocéanique, la quasi-absence de matériel importé est là pour l’attester. Les maisons de Songo Mnara avaient à peu près le même rôle que les villas gallo-romaines françaises : il s’agissait d’habitats destinés à une élite chargée de gérer des ressources agricoles. Le site a été occupé brièvement du XVe au XVIe siècle, son abandon pouvant résulter des perturbations économiques liées par l’intrusion des Portugais dans l’océan Indien.

Nous pouvons maintenant dire avec certitude que le site éponyme de Songo Mnara n’est pas le site des Chroniques de Kilwa. Les Chroniques indiquent que la cité de Kilwa Kisiwani fut opposée aux îles voisines et à la ville de Shâgh de 957 à 1131. Gervase Mathew avait identifié un peu vite la ville mythique de Shâgh à Songo Mnara. Cependant nous avons vu que les ruines de Songo Mnara ne sont pas très anciennes et il n’y a aucun vestige antérieur à la fin du XIVe siècle. La cité de Shâgh, l’ennemie mythique de Kilwa, a été identifiée depuis l’été 2005 : il s’agit de l’île de Sanjé ya Kati. Notre dernière mission archéologique a permis de prouver que ce site a été occupé du Xe au début du XIIIe siècle : la datation a été réalisée grâce à une céramique importée  très homogène composée de sgraffiatos hachurés persans et de grès chinois. La mosquée de Sanjé ya Kati remonte au XIe siècle, c’est l’une des mosquées les plus anciennes de toute la côte orientale africaine, mais surtout il s’agit de la mosquée la mieux conservée pour cette période pour l’ensemble de la côte swahilie. Toute l’architecture de Sanjé ya Kati est très homogène par ses techniques de construction : un appareil de moellons en corail taillé régulièrement avec des assises linéaires comme la mosquée shirazie de Kilwa. La ville de Sanjé ya Kati était entourée d’une muraille sur un périmètre de 110m sur 340m, ce qui correspond à la description de Shâgh, une ville puissamment fortifiée.

Songo Mnara Peaceful camp
Songo Mnara Peaceful camp 

References Songo Mnara, Stephane PRADINES

2005 – Stéphane Pradines et Pierre Blanchard
« Kilwa al-Mulûk. Premier bilan des travaux de conservation-restauration et des fouilles archéologiques dans la baie de Kilwa, Tanzanie », Annales Islamologiques 39, IFAO, Le Caire, p.25-80.

2005 – Stéphane Pradines et Pierre Blanchard
Archéologie et préservation du patrimoine : le projet franco-tanzanien de Kilwa, 2002-2005, Nyame Akuma, n°63, Bulletin of the Society of Africanist Archaeologist, University of Alberta, p. 20-26.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Kenya, Tanzania, Comoros