Sanje ya Kati

A “quite real” Shirazi myth

Our excavations in Sanjé ya Kati permitted to determine the chronology of the site which occupation doesn’t exceed three centuries, from 950 to 1250 ad. The apogee of the city and the essential of the constructions go back up to 1050-1150 ad. The site of Sanjé ya Kati bring new data that permit to revaluated the influence of Persian in Eastern Africa. According to his detractors, the Shirazi myth would be only the islamisation of an African myth of foundation. This subject stays “politically incorrect” and has not been adjusted, despite a bundle of historic and archaeological proofs showing a Persian presence in Africa. The narrations of Persian sailors, religious and architectural influences of the gulf, as well as the products exchanged – like ceramics -, are elements of an obvious “Shirazi reality”. What we tried to demonstrate that is that the term of shirazi designates more than the city of Shiraz or the Persian port of Siraf; this concept of Shirazi regroups different populations of the Persian gulf, who share a common religious ideology as Shiism and arrived in Africa between the 10 and 12th centuries. To conclude, our contribution on the “Shirazi” presence in Eastern Africa- based on recent archaeological research – doesn’t contest a local development, or the African origin of the sailors and Swahili tradesmen. We try to revaluate the Persian impact, as a vector for urbanisation on the Coast.

Le présent rapport fait la synthèse des missions 2005 et 2006 sur le site de Sanjé ya Kati dans la région de Kilwa.

Plan Sanje ya Kati
Plan Sanje ya Kati

1. La mosquée

L’étude et la fouille de la mosquée de Sanjé ya Kati  s’est faite conjointement avec Pierre Blanchard et son équipe. La salle de prière rectangulaire était bordée de deux ailes latérales de même largeur, l’aile orientale s’étendait au sud pour englober l’entrée principale de la mosquée, le côté sud de l’édifice était bordé d’une grande marche maçonnée précédée d’une longue marche en grès jaune, roche souvent utilisée à Songo Mnara ou Kilwa Kisiwani. L’aile occidentale est attachée à deux cellules au nord et une petite cour carrée avec un puits au sud-ouest.

L’emplacement du sondage a été déterminé en fonction d’empreintes dans le sol qui pouvaient marquer la base des piliers supportant le toit de la mosquée. Ces piliers aujourd’hui disparus, il était important d’obtenir des éléments archéologiques permettant de restituer le plan d’origine de la mosquée. Nous avons découvert deux fondations de piliers mal conservées, au total, la salle de prière comportait quatre supports, dont la section, ronde ou carrée, n’a pu être déterminée à cause du mauvais état des fondations. Sous le niveau de sol en plâtre, nous avons exhumé quatre assises en fondation du mur oriental et qui reposaient sur une semelle de fondation irrégulière. Le sol de la mosquée était posé sur une terrasse artificielle de plusieurs lits de sable, qui permettait de rehausser le niveau de l’édifice.

La mosquée a été construite à la fin du XIe siècle. Il ne semble pas qu’il y ait eu de mosquée antérieure, du moins dans l’emprise du sondage. Par contre, nous avons découvert un niveau antérieur à la construction de la mosquée, contenant quelques tessons de céramiques iraniennes et irakiennes mais pas de sgraffiatos hachurés, ce niveau est daté de la seconde moitié du Xe siècle. Ce niveau comprenait une aire rubéfiée avec des cendres : une sole de foyer sommaire à l’ouest du sondage. Les parties centrale et orientale du sondage étaient occupées par des cloisons d’argile et un petit soubassement en pierre. Les fondations de la mosquée descendaient dans ce niveau aménagé pour se poser sur un sable gris fin, le substrat naturel.

Sanje ya Kati Great Mosque conservation works
Sanje ya Kati Great Mosque conservation works

2. Les fortifications

La base du tell, ou plutôt des murailles, est à +1,92m au dessus du niveau de la mer. Le sommet des fortifications, au sud de la tour médiane, est à +4,67m et la tour nord-est se trouve à +5,27m au dessus du niveau de la mer. Nous avons eu un long et dur travail de débroussaillage du site et particulièrement de l’enceinte orientale, en coupant les buissons à la machette et tous les arbres dangereux pour les ruines à la tronçonneuse.

Sanjé ya Kati est un comptoir fortifié protégé par une enceinte quadrangulaire de 100m sur 340m, qui a été parfaitement identifiée pour les flancs est, nord et ouest. Nous avons repéré une tour quadrangulaire à chaque angle de la ville, au sud-est et au nord-est. La tour nord-est (T1) est la plus significative avec un mur encore en élévation sur près de 3m. La tour T3 forme l’angle sud-est de la ville et se trouve dans l’axe de la tour reconnue par Neville Chittick, au sud de la mosquée. Nous avons aussi pu apercevoir la tour d’angle nord-ouest. Le flanc est de l’enceinte comprenait aussi une tour médiane (T2), ce qui porte au nombre de trois, les tours de la façade orientale. L’enceinte et les tours ont été construites avec des blocs taillés carrés, pour la plupart dans du corail marin dense, les assises de maçonnerie sont de bonne qualité, elles rappellent en plus massives celles de la mosquée.

Il semble que l’enceinte ait été en partie détruite volontairement, nous avons découvert une ligne de pierres et de mortier rubéfiés au pied de la muraille, au nord-est. Entre l’arc de cercle et la tour T2, nous avons aussi mis en évidence un niveau de destruction uniforme avec un clayonnage d’argile rubéfié, avec encore des marques de baguettes en bois. Le site porte donc des traces d’incendie sur près de 60m, ce qui est considérable. Nous serions tentés d’y voir la fin violente de la ville de Shagh détruite par le sultan de Kilwa et ses guerriers, mais cela reste à prouver par de plus amples recherches…

3. La maison

Il s’agit d’un édifice majeur de la cité de Sanjé ya Kati. Ce « palais » est bâti à cheval sur l’enceinte orientale, des pièces de stockage ont été aménagées contre le mur de fortification. Le sommet du « palais » est à +7,23m d’altitude et les pièces contre la muraille sont à +6,6m par rapport au niveau de la mer. Une de ces cellules a livré un dépôt de jarres chinoises, 7 individus ont été collectés dont 6 types différents de jarres provenant des couches 200, 239 et 226. Au niveau des techniques de maçonnerie, l’appareil est en majorité constitué d’une pierre de corail marin taillée en moellons carrés jointoyés avec un mortier de qualité avec des assises horizontales régulières. Mark Horton corrobore le fait que les plus vieilles maisons du site de Shanga, dans l’archipel de Lamu, sont faites entièrement de blocs rectangulaires en corail marin ou porites. Il date cette technique entre le Xe et le XIIe siècle. On peut noter qu’à Shanga, l’appareil est d’une découpe beaucoup plus primaire que celle de Sanjé (Horton, 1996 : 26 et 28, fig. 5). Si le plan de la maison côtière perdure jusqu’au XIXe siècle avec des adaptions, des influences africaines et indiennes. Les techniques de maçonnerie, elles, vont se dégrader dès le XIIIe siècle, l’appareil régulier va être remplacé par des moellons irréguliers de calcaire fossile noyés dans du mortier grossier.

Les deux premières pièces de la maison sont deux longs espaces rectangulaires parallèles de 4,2m de large pour la pièce nord et 3,3m de large pour la pièce centrale. Nous avons trouvé le même type de plan sur une maison du XVe siècle à Gedi au Kenya (maison HO15) et Horton a des plans similaires sur les maisons de Shanga datées du XIVe siècle (Horton, 1996 : 45-46). Il est intéressant de noter que le principe des pièces longues, étroites et parallèles est déjà en place dès le XIIe siècle. Le plan des maisons swahilies classiques semble donc issu d’une architecture islamique venue du golfe Persique et non de l’Inde (Pradines, 1999 : 103-120). Cette architecture fonctionnelle fait de la maison un entrepôt (store room) avant d’être un lieu d’habitat. Apparemment, ce sont des bâtiments commerciaux qui ont engendré une architecture domestique propre à la côte swahilie.

Le fond de la maison A est constitué  de deux pièces de 3,2m de large, une petite salle carrée au sud-ouest : peut-être une cuisine et un espace rectangulaire au sud-est, peut-être une chambre à coucher. La présence de nombreux coquillages dans la petite pièce sud-ouest irait dans le sens d’une interprétation de l’espace comme étant une cuisine. Nous n’avons pas identifié de toilette dans cette maison, pourtant toutes les maisons swahilies du XVe siècle sont dotées de ce type d’installation. S’agit-il d’une invention architecturale du XIVe siècle comme à Shanga ? Il est trop tôt pour le dire, nous devons fouiller plus de maisons à Sanjé pour être sûr d’offrir des datations précises de l’aménagement domestique intérieur des maisons de la côte orientale.

Les portes à l’intérieur de la maison ne sont jamais en vis à vis, elles sont systématiquement décalées et chaque porte donne sur un mur. Nous voyons deux raisons cumulables à cette organisation de l’espace. D’abord, le principe de la chicane ou le cheminement en S peut être utilisé pour faciliter le déplacement des marchandises dans l’édifice, les porteurs ne se gênent pas en se croisant. Cette hypothèse favorise l’idée d’une maison-entrepôt et insiste sur son rôle commercial. L’autre possibilité se base sur la caractère confidentiel et privé des maisons islamiques. Il s’agit avant tout de préserver son intimité, les issues sont décalées pour ne pas être vu. L’idée d’équilibre dans la maison, avec une symétrie des niches murales et des portes, est une idée plus récente, qui vient de l’Inde au cours du XIVe siècle.

Les portes  d’entrée au nord font 2,35m de large, ce qui est assez surprenant par rapport à ce que l’on connaît de l’architecture domestique swahilie, où les portes sont étroites et font de 1 à 1,2m de large. Les seuils des deux portes d’entrée sont constitués d’un grès jaune friable. Il y a peut être eu une troisième porte au nord-est, mais il n’a pas été possible de le prouver à cause du mauvais état de conservation du mur à cet endroit. Les portes nord de la maison s’ouvrent sur une grande marche continue le long de la façade. Cette marche le long de la façade nord pourrait être interprétée comme l’ancêtre des barrazas, ces bancs maçonnés que l’on trouve de chaque côté de l’entrée des maisons swahilies. Au pied de cette marche, on retrouve le sable qui a servi à créer la butte artificielle pour surélever la maison.

Au niveau chronologique, l’édifice a été construit sur des couches du XIe et du début du XIIe siècle, nous pouvons donc raisonnablement dire que la maison remonte au milieu du XIIe siècle. L’édifice est encore utilisé au début du XIIIe siècle. La maison a été détruite ou abandonnée au milieu du XIIIe siècle. La fouille de cette maison nous apporte de nouvelles connaissances sur l’architecture domestique des marchands et des marins installés sur la côte orientale au XIIe siècle.

Qui a écrit encore récemment que l’on savait tout des maisons swahilies en pierre  ? En réalité, nous ne savons presque rien de ce type d’habitat pour la période allant du Xe au XVe siècle. Les villes swahilies médiévales encore conservées sont rares. Parmi lesquelles, on peut citer : Shanga, Gedi, Jumba la Mtwana, Mtwapa et Songo Mnara (Horton, 1996 : 32 et 38). Il n’y a eu pour l’instant que trois fouilles majeures sur ce type de site : Chittick à Kilwa (Tanzanie), Horton à Shanga (Kenya) et Pradines à Gedi (Kenya). Nos rares collègues anglo-saxons qui travaillent sur la côte, préfèrent se concentrer sur l’habitat périurbain en matériaux périssables afin, disent-ils, de comprendre la réalité africaine des sites swahilis. En réalité, l’abandon des recherches sur les maisons en pierre tient plus à des difficultés méthodologiques, logistiques et financières, qu’à une réelle problématique archéologique.

Les fouilles de Sanjé ya Kati permettent de contredire complètement l’idée reçue selon laquelle l’urbanisation swahilie et l’utilisation d’une architecture en pierre a commencé par des édifices religieux, les mosquées ; puis ce phénomène se serait étendu aux maisons privées entre le XIVe et  le XVe siècle. Les maisons en pierre de Sanjé ya Kati sont un ensemble homogène du XIe au XIIe siècle. Les maisons, la mosquée et les fortifications du site sont des éléments architecturaux remarquablement homogènes dans leur techniques de construction, avec des lits de pose horizontaux, un appareil constitué de moellons quadrangulaires taillés dans un corail de mer dense mais tendre. Les mortiers sont très épais et déposés en lits. Sanjé ya Kati est un projet architectural bien défini et planifié. Les techniques de construction sont remarquablement maîtrisées. Puis, au cours du XIIIe siècle, on assiste à une dégénérescence des techniques de construction.

Selon Mark Horton, il y a une évolution des maisons swahilies depuis le XIVe jusqu’au XIXe siècle, selon lui cette parenté conforte l’idée d’une évolution locale (Horton, 1996 : 60). C’est tout à fait vrai, il y a bien une formation, une genèse, d’un style swahili. Cependant, Horton ou les autres chercheurs partisans de cette théorie, n’amènent aucun argument contre une influence extérieure avant le XIVe siècle. Nous pensons qu’il y a eu une influence architecturale extérieure entre le Xe et le XIe siècle, suivie d’une acculturation et d’une prise de possession par les cultures africaines des ces éléments étrangers. Il en va des maisons comme des populations, l’Arabe ou le Persan métissé d’Africain devient un Swahili, habitant de la côte … Sanjé  ya Kati permet de démontrer que l’architecture en pierre de la côte orientale n’est pas une invention africaine, mais bien un apport extérieur.

12th House Sanje ya Kati
12th House Sanje ya Kati

Conclusions

Cette troisième mission dans la région de Kilwa a permis de déterminer la stratigraphie générale et la chronologie du site de Sanjé ya Kati. La courte durée d’occupation du site s’étend de 950-1000 à 1240-1250 ad. Sanjé ya Kati est habitée pendant moins de 3 siècles. L’essentiel des constructions remonte à 1050-1150 ad., c’est l’apogée de la ville. Il y a une homogénéité architecturale surprenante, la qualité des constructions et leur ancienneté est tout aussi étonnante. On notera l’article d’Axelle Rougeulle (2004 : 233-234), qui présente les résultats des fouilles d’un établissement islamique – Sharma – fondé au Xe siècle et occupé brièvement jusqu’au XIIe siècle. Rougeulle s’interroge sur une possible diaspora de communautés du golfe Persique après le déclin de Sirâf. Ce site présente de très fortes analogies avec celui de Sanjé ya Kati

La ville de Sanjé ya Kati était donc un comptoir fortifié protégé par une enceinte quadrangulaire de 110m sur 340m, qui a été identifiée pour les flancs est, ouest et nord. Les petits comptoirs fortifiés et les caravansérails de ce type ne sont pas rares pour cette période (Pradines, 2002 : 71-87). Ainsi, le caravansérail maritime d’Husuni Ndogo à Kilwa Kisiwani a été construit au tout début du XIIIe siècle, il prend pour modèles des caravansérails du golfe Persique et de la mer Rouge. On consultera aussi le récent rapport de Kawatoko (2003 : 3-9). Ce chercheur japonais a découvert un fort du XIe siècle près la ville de Tur dans le Sinaï. Le fort de Râya forme un carré de 105m de côté, flanqué par trois tours sur chaque face, et avec une mosquée à l’intérieur de l’enclos. Le site a été occupé du IXe au XIe siècle.

L’abandon de la ville de Sanjé ya Kati semble assez brutal, en témoignent les couches d’incendies contre l’enceinte et dans la maison fouillée. Il n’y a pas d’indices d’une occupation postérieure à 1250 ad. Le XIIIe siècle marque la fin de la période shirazie de Kilwa, cette période marque aussi la fin de l’occupation du site de Sanjé ya Kati. D’après les Chroniques de Kilwa, les guerres entre les cités de Kilwa et de Shagh ont duré près de deux siècles, du XIe au XIIe siècle. Sanjé ya Kati est sans nul doute la ville de Shagh, les éléments chronologiques que nous avons recueillis sont là pour l’attester : le site contemporain de la fondation de Kilwa a été abandonné lorsque Kilwa gagna la guerre contre Shagh et étendit sa suprématie à l’ensemble du sud de la côte swahilie. Nous pouvons tout de même nous demander si le site a été réellement abandonné suite à la victoire de Kilwa ? Ou s’il s’agit du résultat de modifications économiques plus profondes liées aux changements politiques et religieux du XIIIe siècle avec le rétablissement du Sunnisme et les dynasties ayyoubides et rassoulides du Yémen ? Le commerce maritime est alors capté par la mer Rouge, puis par les ports mamelouks, aux XIVe et XVe siècles, au détriment du golfe Persique.

Les Chroniques de Kilwa désignaient les habitants de Shagh sous le terme de « Matamandalin », les Chroniques parlent des gens de Shagh en des termes peu élogieux, leur sultan y est toujours décrit comme un personnage retord et perfide (Freeman-Grenville, 1962 : 86-87). Dans les Chroniques, il n’est jamais fait mention de l’origine des habitants de Shagh, pourtant les habitants de Sanjé ya Kati possédaient les mêmes céramiques persanes et utilisaient la même architecture que les « Shirazis » de Kilwa Kisiwani. Il semble que les vainqueurs de la guerre aient effacé toute trace du passé glorieux de Shagh et toute parenté avec cet encombrant voisin… mais il en va toujours ainsi des vaincus…

Remerciements
Les fouilles archéologiques du site de Sanjé ya Kati étaient financées par la Commission des fouilles du Ministère français des Affaires Etrangères. Nous avons bénéficié du soutient des Antiquités tanzaniennes, de l’Unesco et de l’Ambassade de France à Dar es-Salaam, qu’ils en soient ici remerciés.

References Sanje ya Kati, Stephane PRADINES

2009 – « L’île de Sanjé ya Kati (Kilwa, Tanzanie). Un mythe Shirâzi bien réel »
Azania : Archaeological Research in Africa, Vol. 44, Issue 1, Routledge, p. 49 – 73.

2006 – « Sanjé ya Kati, Kilwa, Tanzanie, 2005 – 2006 », Nyame Akuma, n°66, Bulletin of the Society of Africanist Archaeologist, University of Alberta, p. 64-70.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Kenya, Tanzania, Comoros