Kilwa Kisiwani

Située au sud de la côte tanzanienne, la région de Kilwa est aujourd’hui une zone rurale déshéritée et enclavée. L’ancienne cité de Kilwa est un étonnant creuset architectural où se rencontrent toutes les histoires de l’océan Indien, depuis l’islamisation de la côte africaine jusqu’au sultanat de Zanzibar, en passant par l’aventure portugaise de la route des Indes. Les sites médiévaux de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara sont enregistrés sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981. Cependant, rien n’a été fait depuis cette date afin de conserver, restaurer et présenter ces ruines au public . Le Ministère du Tourisme et des Ressources Naturelles de Tanzanie a donc souhaité engager un projet de conservation du site et de développement touristique de la région. Un programme de réhabilitation et de mise en valeur du site de Kilwa a été lancé à l’initiative de l’Ambassade de France en Tanzanie avec le soutien du Ministère des Affaires Etrangères français et du Ministère du Tourisme tanzanien, sous les auspices des Antiquités tanzaniennes et d’autres partenaires comme l’Ambassade du Japon et l’Unesco. Le projet franco-tanzanien de conservation et de mise en valeur des ruines de Kilwa a débuté en avril 2002 et s’est terminé en juin 2005.

En plus du volet de conservation et de restauration, un volet recherche a réunit au sein d’un comité scientifique de nombreux chercheurs : ethnologues, historiens et archéologues, français et tanzaniens. Dès 1904, le site fut l’objet d’un intérêt particulier de la part des historiens et des archéologues s’intéressant à la côte africaine : les autorités allemandes firent un relevé préliminaire des ruines de Kilwa afin d’entreprendre des travaux de conservation. De 1958 à 1964, Neville Chittick, directeur de l’Institut Britannique en Afrique orientale (BIEA), mena une longue campagne de fouille archéologique et de réhabilitation des monuments de Kilwa Kisiwani. En 1974, il a publié une monographie sur Kilwa en deux volumes. Cette oeuvre reste une source de référence pour de nombreux archéologues et historiens travaillant sur l’océan Indien, le golfe Persique et la mer Rouge. Néanmoins de nombreuses questions archéologiques et historiques n’ont pas été résolues par Neville Chittick. Le défaut principal de ces travaux résida dans l’absence d’intérêt pour les couches d’occupations anciennes de Kilwa, ainsi, nos connaissances sont extrêmement limitées sur l’occupation de l’île avant l’arrivée des premiers Shirâzis et sur les débuts de l’Islam dans cette région.

L’objet de notre article est d’apporter des précisions sur les monuments les plus célèbres de Kilwa Kisiwani, de nouvelles informations sur les sites archéologiques de la baie de Kilwa grâce à un inventaire des sites prospectés, mais aussi de nouvelles données sur le site de Songo Mnara grâce à la campagne de fouille de 2004.

Kilwa Archipelago or Kilwa Bay
Kilwa Archipelago or Kilwa Bay

1- La ville des rois zendjs

Avec une superficie de plus 45 hectares, Kilwa Kisiwani était certainement la plus grande métropole swahilie avant l’arrivée des Européens dans l’océan Indien . Le géographe arabe, Ibn Battûta, donna une description assez précise de la cité en 1331. Les informations les plus précises que nous ayons de la région proviennent d’une source locale : les Chroniques de Kilwa, écrites vers 1530 et éditées par De Barros dans son ouvrage De Asia en 1552.

D’après les Chroniques de Kilwa, la cité fut fondée par des réfugiés venus de Shirâz. Selon la principale version du mythe de fondation, le sultan Hassan ibn Ali et ses six fils ou ses six frères fuirent leur ville de Shirâz suite à des persécutions, ils quittèrent le pays depuis le port de Sirâf à bord de sept navires . A chaque escale sur la côte africaine, un de ces sept personnages aurait fondé une cité, dont voici la liste du nord au sud : Mandakha, Shaughu, Yanba, Mombasa, Pemba, Kilwa et Hanzuân . Le dernier voyageur – le sultan – se serait installé aux Comores. Selon les traditions, ces événements remonteraient aux années 957-985 . Ali b. al-Hussein fut le premier sultan de Kilwa . Une mosquée était déjà construite sur l’île de Kilwa, qui était dirigée par un infidèle . L’île fut échangée aux autochtones, les wa-Muli, contre des pièces de tissu . Ali b. al-Hussein aurait alors demandé aux premiers occupants de quitter l’île pour le continent, puis il fit fortifier sa ville contre les Africains du continent, mais aussi contre les autres établissements swahilis de la région .

De 957 à 1131, Kilwa combattit la ville voisine de Shâgh . Ces guerres avaient un objectif principal qui était le contrôle de la région . Kilwa finit par s’imposer avec difficulté au XIIe siècle et acquit le monopole du commerce de l’or de Sofala. Selon al-Mutahhar b. Tahir al-Maqdisi, le pays des Zendjs fournissait beaucoup d’or aux pays arabes dès le Xe siècle . Kilwa avait le monopole du commerce de l’or, et au XIVe siècle, Ibn Battûta précisa que l’or du comptoir de Sofala venait de Yufi, dans le pays des Limis, situé à un mois de marche de la côte . Les îles de Zanzibar, Mafia et Pemba devinrent les vassales de Kilwa sous le règne de Dawûd b. Sulaiman (1131-1170)  . Le sultan Suleiman b. al-Hassan (1170-1189) rénova la cité et fit construire plusieurs bâtiments importants dont le caravansérail fortifié d’Husuni Ndogo . La dynastie shirazie dirigea Kilwa jusqu’en 1277, date à laquelle elle fut remplacée par la dynastie mahdalie, originaire de l’Hadramouth . Le XIVe et le début du XVe siècle furent des périodes de fastes : le sultan al-Hassan b. Sulaiman II (1331-1332) fit agrandir la mosquée du vendredi et se fit construire un somptueux palais à Husuni Kubwa . Entre 1466 et 1476, Kilwa fut secouée par des guerres civiles liées à des problèmes de succession, qui aboutirent à l’auto émancipation de certaines villes vassales comme Sofala ou Zanzibar . Ce fut une ville politiquement affaiblie que Vasco de Gama découvrit en 1498 . Entre les années 1570 et 1589, le littoral swahili connu un épisode marquant de son histoire avec la destruction de nombreuses cités par des populations appelées zimbas. Le missionnaire dominicain João dos Santos  nous appris que les Zimbas étaient originaires de la vallée du Zambèze, mais se répandirent sur la côte en quelques années . Les Zimbas attaquèrent Kilwa à la fin de l’année 1587  . Si l’arrivée des Portugais fit entrer Kilwa dans la période moderne, l’attaque des Zimbas marqua un coup de grâce pour la cité et cette bataille marqua la fin de la domination de Kilwa sur le sud de la côte orientale.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Kilwa fit une timide réapparition au niveau économique grâce au commerce des esclaves vendus aux français pour les îles Maurice et Bourbon. Témoin de cette période, l’enclos au nord-ouest de la ville, qui abrite le palais fortifié de Makutani, rénové en 1776. Malgré cette reprise, la cité de Kilwa quitta le devant de la scène politico-économique de la côte orientale africaine. Finalement des pirates sakalavas venus de Madagascar s’attaquèrent à la région et pillèrent les îles de Kilwa et de Mafia en 1822. Cette agression terrorisa les habitants de Kilwa Kisiwani, qui ont préféré quitter l’île peu abritée pour Kilwa Kivinje sur le continent .

2 – Un inventaire des sites médiévaux de la région de Kilwa

Contrairement à d’autres villes swahilies, comme le site kenyan de Shanga fouillé par Mark Horton dans les années quatre-vingt et replacé dans le contexte de l’archipel de Lamu, Neville Chittick n’avait pas choisi de remettre Kilwa Kisiwani dans son contexte régional. Le projet franco-tanzanien a été l’occasion de s’interroger sur les relations entre Kilwa et les sites voisins de la baie . En 1950, Gervase Mathew avait dressé un inventaire des ruines de l’île de Songo Mnara  et quelques années plus tard, Norris publia un inventaire des sites de la région de Kilwa dans le rapport annuel du Département des antiquités tanzaniennes . C’est ce document qui sera repris en 1976 lors de l’inventaire général des monuments tanzaniens .  Sur la base de cet inventaire et des renseignements collectés localement, nous avons décidé de réaliser un nouveau recensement des sites du district de Kilwa dans la région de Lindi, depuis Songo Songo et Kilwa-Kivinje, au nord jusqu’à la crique de Kiswere, au sud (fig. 1 et 2 ). Cet inventaire permet de mieux replacer Kilwa dans un contexte régional et servira de point de départ pour de nouvelles recherches archéologiques dans la zone.

Songo Songo

En 1937, une note de Monsieur Piggott  décrit la présence de deux bâtiments en ruines près d’un baobab dans la partie sud-ouest de l’île de Songo Songo. Les bâtiments séparés d’une cinquantaine de mètres sont deux structures carrées de 9 mètres de côté. En 1962, Freeman-Grenville mentionne un texte de 1882-1883 qui relate la présence de ruines de l’époque portugaise à Songo-Songo. Freeman-Grenville déplore la disparition de ces ruines et la seule présence sur l’île de vieux puits indatables . Il n’existe aujourd’hui plus aucune ruine sur Songo-Songo, les pierres ont été récupérées pour faire de la chaux ou réutilisées comme matériaux de construction dans les murs des maisons actuelles. De plus, l’île fait l’objet actuellement d’une exploitation industrielle de gaz et son environnement a été profondément modifié.

Kilwa Kivinjé

Quand on parle de Kilwa, il faut distinguer trois villes de Kilwa, localisées à des endroits très différents et fondées à des périodes successives. Tout d’abord, Kilwa Kisiwani – la plus ancienne – il s’agit de la ville fondée par les Persans, puis occupée par les Portugais et les Omanais. En fait, Kisiwani veut dire « île » en kiswahili, c’est une appellation récente utilisée afin de la distinguer des deux autres Kilwa plus récentes. La Kilwa « coloniale », remonte à la période allemande, cette ville de pierre date du début du XIXe siècle. Cette ville est fondée à une douzaine de kilomètres au nord de la baie de Mavuji, elle s’appelle Kilwa Kivinjé. Ki-vinjé veut dire « le petit arbre » en kiswahili  . Enfin, la dernière Kilwa, la ville actuelle est appelée Kilwa Masoko. Masoko, qui signifie « le marché » en kiswahili, n’est qu’un petit village de pêcheur qui devient le chef-lieu du district dans les années 1950. Il y a donc trois Kilwa différentes dans leur histoire, leur emplacement topographique et leur architecture.

Mtanga Makutani

Le site de Mtanga Makutani est localisé dans une lagune ensablée entre Kilwa Masoko et Kilwa Kivinjé . Les ruines au sud de ce site sont exceptionnelles par leur technique de maçonnerie, des lits réguliers de moellons quadrangulaires, maçonnerie proche de celle des ruines de Sanjé ya Kati, site daté du XIIe siècle. Ce site semble calé chronologiquement entre le XIIe et le XIIIe siècle, car des tessons de céladons que nous avons ramassé en surface sont du XIIIe siècle et le style architectural de certains bâtiments évoque aussi cette période. Placée au sommet d’une butte, la grande mosquée est particulièrement intéressante, avec des travées parallèles à la qibla, ce qui est tout à fait inhabituel chez les Swahilis : la mosquée est donc plus large que longue. A l’intérieur, des arcades transversales renforcent le dispositif de soutient du plafond, une deuxième série d’arcades a été aménagée en renforcement à une période postérieure. Le minbar est constitué de trois marches maçonnées, à côté du mihrâb qui est très simple sans aucune moulure. L’édicule extérieur du mihrâb est coiffé par un dôme. La façade extérieure du mur de qibla est renforcée par un contrefort de 30cm de large qui vient compléter la fondation. Mtanga Makutani a été confondu par Peter Garlake avec un petit site au sud de la baie de Kilwa, sur Pandé, le site de Mititimira. Le vrai site de Mititimira remonterait au XVe siècle. Les relevés de la mosquée de Mititimira par Peter Garlake sont donc à réattribuer au site de Mtanga Makutani. Mtanga Makutani n’est pas un gros site en superficie, mais il s’agit peut être de la seconde ville belliqueuse citée dans les Chroniques de Kilwa…

Kilwa Kisiwani

Les ruines principales de Kilwa Kisiwani s’étendent sur toute la partie nord de l’île, du Makutani à l’ouest au fort d’Husuni Ndogo à l’est. Sur le rivage oriental, le site de Mvinjé comprend deux mosquées du XVe siècle. La première mosquée de Mvinjé fut recensée en 1958. Cette mosquée de petite taille est perchée au sommet d’une falaise, sur une petite île dont l’accès n’est possible qu’à marée basse. Son mihrâb s’est effondré, mais l’on peut encore apercevoir les bases des colonnettes engagées dans les montants de la niche. La façade sud est en revanche très bien conservée. Deux bassins encadrent une porte étroite surplombée d’une arche en pointe. Les eaux de pluies étaient captées grâce à un système de sillons aménagés sur le toit en terrasse doté d’une faible pente, l’eau récoltée dans les sillons était évacuée par une gouttière en corail au dessus des bassins précédemment décrits. Une seconde mosquée est située sur le rivage oriental de l’île de Kisiwani, cette mosquée fut découverte par M. Harkema en 1959. Enfin au sud de l’île, les sites de Msangumura, Tshani et Mariamu regroupent quelques tombes aux murs arasés.

Sanjé ya Kati

Sanjé ya Kati est une petite île circulaire au centre de la baie de Kilwa. Ya Kati signifie justement « le centre » en kiswahili. Selon l’anthropologue Pascal Bacuez , Sanga « quartier » correspond au sens de Sanjé ; les Sangas parlent le ki-Songo, un ancien dialecte swahili local. De manière plus générale, Sanga peut correspondre à « territoire » ou « lieu ». Sanjé ya Kati est donc « le quartier central ou la zone centrale » de la baie de Kilwa.

Lors de notre mission d’août 2004, nous avons pu effectuer une prospection complète de cette petite île. Le centre de Sanjé ya Kati est occupé par le site archéologique éponyme (S 09° 03’ 17,3’’ et E 039° 32’ 00,0’’). Il s’agit d’un tell archéologique d’environ 4 hectares et 7m de haut par rapport au niveau de la mer. Les flancs abrupts et bien marqués, au nord et à l’est du tell, laissent penser qu’une muraille a encerclé le site. Le côté oriental est d’ailleurs protégé par trois tours possédant le même appareil régulier que la grande mosquée de Sanjé. Ces éléments de fortification sont peut être comparables au caravansérail d’Husuni Ndogo à Kilwa. Les murs du fort d’Husuni Ndogo, datés de la fin du XIIe siècle, possèdent des assises régulières assez proches de celles de Sanjé ya Kati.

La grande mosquée est implantée au sud-est du site (fig. 6). Les parements des murs de la mosquée sont montés en lits réguliers de 22 cm composés de moellons carrés équarris. Ce mode de construction est identique à celui de la mosquée shirazie de Kilwa datée du XIe siècle , c’est un témoignage de l’ancienneté du site. La mosquée de Sanjé ya Kati possède des dépendances assez grandes, notamment une cour avec un puits carré. Notre topographe a pu effectuer un relevé partiel de la grande mosquée, le plan a été terminé en 2005. Le mihrâb n’est pas conventionnel pour une mosquée swahilie, dans le sens où il ne se projette pas à l’extérieur de l’édifice. Le mihrâb de la mosquée de Sanjé ya Kati est complètement intégré dans le mur de qibla, qui a été doublé à cet effet ; et on peut se demander quelle confession musulmane a utilisé ce type de mihrâb. Entre 1960 et 1964, l’Institut Britannique (BIEA) et le Département des Antiquités tanzaniennes ont restauré le mur de qibla de la grande mosquée, dont la salle de prière a été dégagée de ses gravats à cette occasion. Il semble qu’il y ait eu un sondage pratiqué devant le mihrâb mais aucun compte-rendu n’a été publié. Seule information notable, le toit de la mosquée aurait été soutenu par deux rangées de piliers en bois. Les céramiques recueillies en prospection à Sanjé ya Kati, comprenaient un fragment de panse monochrome verte du début du XIIIe siècle et deux sgraffiatos hachurés persans du XIe siècle . Sanjé ya Kati est probablement la ville des Chroniques de Kilwa.

Sanjé ya Majoma

Nous avons réalisé une visite du site de Sanjé ya Majoma, hélas nous n’avons pas eu le temps de faire une prospection complète de l’île. Majoma en kiswahili signifie « pierre ou pierre dressée » . Sanjé ya Majoma est un site quasiment inconnu, souvent décrit à tort comme faisant partie intégrante de l’île de Songo Mnara. En fait, il s’agit d’une île quasi-circulaire complètement indépendante de Songo Mnara, mais qui est maintenant reliée à cette île par la mangrove. Seul un bateau permet d’accéder à ce site. L’ensemble du site principal semble accroché sur une colline, s’agit-il d’une butte anthropique ou d’une élévation naturelle ? L’accès à la mer se faisait par une falaise au nord, face aux ruines de Songo Mnara. Le site se repartit sur environ 3 hectares  et comprend une mosquée à coupoles effondrée, une grande enceinte, plusieurs maisons en pierre, dont une grande maison avec de belles niches ou zidaka en kiswahili (fig. 3), de nombreux tumulus cachant des bâtiments non identifiés, des tombes très simples près de la plage, dont une partie est en cours de destruction par l’érosion maritime. La mosquée possède deux voûtes en berceau qui permettent de dégager la porte et le mihrâb alors que la travée centrale est couverte par deux dômes. Les piliers sont basés sur le modèle de ceux de la petite mosquée à coupoles de Kilwa . Cette partie du site semble être, par son mode constructif, du XVe siècle. Certains bâtiments à l’est de Sanjé ya Majoma ont une maçonnerie composée de lits de moellons assez identiques aux murs du caravansérail d’Husuni Ndogo. Gervase Mathew y a recensé une mosquée, mais l’état de dégradation des ruines et la végétation ne permettent pas de confirmer ces observations. Sanjé ya Majoma est un site à explorer en détail, nous allons réaliser une prospection intensive sur toute l’île en 2006.

Songo Mnara

Songo veut dire « pointe ou cap » . Mnara signifie « tour » en Swahili, en Arabe et en Persan. Cette tour a souvent été mentionnée dans les chartes amirales françaises  et britanniques et correspond à la mosquée construite sur le promontoire rocheux derrière le palais (S 09° 02’ 23,6’’ et E 039° 33’ 05,8’’). De 1930 à 1960, la confusion va s’installer au sujet de ce « Mnara » qui est alors identifié à une petite mosquée construite en zone inondable à l’ouest des ruines de Songo. Si cette structure a bien l’aspect d’une tour, elle reste complètement invisible depuis la haute mer, cachée par la mangrove. Il ne peut donc pas s’agir de l’édifice qui a donné son nom à l’île. Concernant le pseudo-mnara caché par la mangrove, Dorman voit dans cet édifice un phare et Mathew y voit plutôt une tour de guet. Il faut attendre Neville Chittick pour comprendre qu’il s’agit simplement d’une mosquée , protégée de l’érosion maritime par un socle de grès de teinte miel. Neville Chittick aurait trouvé une moulure cordée en corail et un bol en porcelaine avec du mortier, éléments caractéristiques de la décoration d’un mihrâb du XVe siècle. La mosquée en zone inondable est bâtie sur un podium composé d’au moins trois assises. La plupart des mosquées de cette période sont d’ailleurs basées sur un socle similaire. La construction de cet édifice n’est pas un mystère , les bâtisseurs ont dû attendre la marée basse pour commencer le soubassement, un tumulus de pierre encadré par des marches en grès taillé. La salle de prière de ce petit bâtiment rectangulaire est divisée par une seule arcade, dont les pilastres dans les murs est et ouest sont encore visibles. Une colonnette monolithique en corail marin a été découverte près du mihrâb détruit au nord. Dégagée par les Antiquités tanzaniennes, cette mosquée est une preuve de l’absence de mangroves à l’ouest de la ville. Les boutres devaient s’échouer sur la plage, entre cette mosquée au nord et le massif rocheux au sud-ouest du site.

De nos jours, le port actuel de Songo Mnara se trouve au nord de l’île, sur le lieu dit de « Sanga Rungu ou Sanga Runga » . Le port de pêche de Sanga Rungu est aménagé devant les ruines de deux édifices assez tardifs remontants à la fin du XIXe siècle (S 09°02’02,6’’ et E 039° 32’ 58,2’’). La première structure est une grande maison en pierre avec une cour et une citerne d’eau énorme, témoin des problèmes d’alimentation en eau que rencontre l’île vers 1880. Le bâtiment possède une couverture mixte, une partie du toit est composé d’une terrasse en pierre et l’autre de makuti ou feuilles de palmes. Certains pilastres de la cour sont ornés de niches avec des arcatures polylobés d’influence indienne. La pièce principale de cette maison abrite un graffiti de bateau incisé dans le revêtement en plâtre d’un mur. D’après l’actuel propriétaire des lieux, cette maison aurait été occupée jusqu’au milieu du XXe siècle. Le second bâtiment est une petite mosquée, très bien conservée, avec une salle de prière divisée par deux rangées de piliers reliés par deux types d’arcatures différentes, dont une polylobée. La mosquée possède un minbar en niche et une niche de mihrâb ornée de mini mihrâbs, deux caractéristiques des mosquées swahilies tardives (fig. 4 et 5)  . Les façades est et ouest sont percées chacune par deux fenêtres. La mosquée a trois entrées : au sud, à l’est et à l’ouest. Il n’y a pas de zone d’ablution dédiée à l’édifice.

Nous avons prospecté la côte orientale de Songo Mnara jusqu’au cap de Kivurugo, à 7,2 km de notre campement, puis la côte s’infléchit vers la partie sud-est de l’île non visitée. Nous avons découvert une maison sur la plage à quelque mètres du camp. L’édifice complètement érodé par mer, remonte certainement au XVIIIe ou au XIXe siècle. Plus au sud, la maison de Mvinja, avait déjà été repérée et relevée par Peter Garlake en 1966. Cette maison est bâtie sur un promontoire rocheux (S 09° 02’ 10,1’’ et E 039 33’ 51,9’’), sa façade principale est dotée d’une véranda tournée vers l’océan. Cette maison est elle aussi datée du XVIIIe ou du XIXe siècle. Vient ensuite, le village principal de l’île qui se trouve à 2,4 km au sud-est des ruines et possède une mosquée avec un minbar en niche, datée de 1940-1960. Au sud du village, la mosquée de Mkujé est plus ancienne, son minbar en niche semble indiquer que cette mosquée a été construite au début du XXe siècle. Le site de Mkujé inventorié par Malcolm Norris, il regroupe deux tombes maçonnées, l’une à panneaux datée du XIVe ou du XVe siècle (fig. 7) ; l’autre semble plus récente, peut être du XVIIIe siècle, elle est composée de niches avec des éléments de verre et de céramique insérés. Enfin, quelques structures ont été identifiées sur la côte nord-ouest de l’île de Songo par un membre de l’équipe, Philippe Blanchard, notamment des zones d’épandage de tessons, des puits isolés et une maison avec des murs arasés.

Pour prospecter le sud de l’île, nous avons pris un bateau à moteur jusqu’au fond de la crique de Pwani. Une passe dans la mangrove permet d’accéder à la haute mer par le sud de la crique ; ce petit chenal à bas fond est impraticable à marée basse. Avant d’arriver à ce passage, le terrain de l’île se relève légèrement sur une crête rocheuse qui sert d’appui à un petit site archéologique, Mwana Kiwambi. Implanté à l’extrême sud-ouest de l’île de Songo Mnara (S 09° 06’ 23,5’’ et E 039° 36’ 11,9’’), le site de Mwana Kiwambi a été enregistré par Madame Organ en 1958, mais il apparaissait déjà sur une carte forestière allemande du début du siècle. Madame Organ aurait ramassé une pièce de monnaie datée du sultan al-Hasan bin Suleiman (1479-1490) . Les ruines sont composées des restes de deux maisons, de trois tombes maçonnées à ailettes et d’une mosquée. Nous avons collecté quelques tessons monochromes bleus et verts, ainsi que des céladons du XVe siècle. Le site est installé sur un plateau calcaire, le sol lessivé par les pluies tropicales n’a pas laissé de dépôts stratigraphiques importants.

Pandé et les secteurs de Roanga et Mavuji

Pandé est une petite péninsule au sud de la baie de Kilwa, les rivages de cet endroit sont difficiles à prospecter mais nous allons essayer de les visiter dans les années à venir et nous attacher à recueillir des informations archéologiques sur ce territoire qui au niveau des traditions orales et des populations fait partie intégrante de la baie de Kilwa.

Le lieu-dit de Serenge est situé au départ du guet qui permet d’accéder à l’île de Kilwa Kisiwani lors des grandes marées. Le passage débouche près du palais du Makutani. Cet enclos résidentiel joua un rôle essentiel dans la traite des esclaves au XVIIIe siècle. Il est probable que son implantation dans la partie occidentale de l’île s’explique par la présence du guet de Serenge qui permettait l’acheminement des esclaves du continent. Sir John Gray, qui commente un récit de voyage du XVIIe, décrit une route au large de Kilwa menant jusqu’à Bucury, le dernier village occupée par les « Maures », à cinq ou six heures de marche de la côte . Serenge correspond au départ de cette route qui permettait le commerce avec l’intérieur des terres et notamment la traite des esclaves. Au nord, la petite île de Sikitiko abrite un site inédit. Le site est composé d’une mosquée et de quelques éléments de murs. Située sur un plateau, la mosquée pourrait être datée du XIVe ou du XVe siècle. Le mihrâb offre la particularité d’avoir un parement en pierres de corail assemblées en marqueterie comme les portes du palais de Songo Mnara. La mosquée est victime de l’érosion marine et sa partie orientale est en train de disparaître.

Le secteur de Roanga est situé sur le continent, entre Songo Mnara au nord et la baie de Kiswere au sud. Il comprend cinq sites identifiés  : Moshore et Mtitimira, avec des maisons attribuées au XVe siècle ; Majumbe, avec une mosquée, une maison et trois tombes du XVe siècle et Vikuta (Mbanga) , avec une mosquée non datée. Le site de Pandawe comporte un cimetière qui fait encore l’objet de dévotions, ce lieu sacré est fréquenté par des sorciers pour certaines cérémonies. Le site de Kiumbu est localisé à une dizaine de kilomètres de la côte et comprend un cimetière avec la tombe d’un Sheikh dont les murs sont en élévation sur près d’un mètre. Le site de Msekela abrite les restes d’une maison. La maçonnerie des murs en calcaire corallien est liée avec du mortier de chaux sur lequel un enduit renforcé de gravillons a été appliqué. Une fenêtre en plein cintre a été bouchée avec un mortier d’argile à une période plus tardive. L’état de dégradation du monument et l’absence de céramique rend sa datation très approximative, cependant ses techniques de construction pourraient être attribuées au XVIIIe siècle. Le site de Kinumbi n’a pas encore été visité et à Nangulapaye (Mtoni), les habitants nous ont signalé la présence de murs maçonnés mais nous n’avons pas pu vérifier ces informations. Le fleuve Mavuji se jette dans la partie nord-ouest de la baie de Kilwa. Deux sites sont implantés au sud de son embouchure, Mgongo et Kipama, qui seraient datés du XIXe siècle.

La crique de Kiswere

Au sud de la baie de Kilwa, la crique de Kiswere abrite deux petits sites. Dans le village même de Kiswere se trouve un puits qui desservait une ancienne mosquée . Le site archéologique principal à côté de  Kiswere est daté du XVe siècle et possède quelques maisons, une mosquée et des tombes . Un site du milieu du XIXe siècle  a été repéré à Mtumbu, avec une maison fortifiée à deux étages associée à une mosquée, sur le modèle de Sanga Rungu.

3 – Réhabilitation et mise en valeur de Kilwa Kisiwani

Les travaux de conservation des ruines de Kilwa Kisiwani se sont déroulés de septembre 2002 à décembre 2004. Cette entreprise collective a concerné la grande mosquée, trois tombes du cimetière de Malindi, la petite mosquée à coupoles, le palais d’Husuni Kubwa et une intervention d’urgence sur le fort de Gereza (fig. 8). Le Cabinet d’architecture Archipat a délégué Monsieur Laurent Volay, architecte du patrimoine, comme responsable de la supervision générale des travaux. L’Association Cham a eu la responsabilité de l’encadrement technique et de la formation des ouvriers tanzaniens. Le projet Kilwa était un chantier-école, chargé de former des ouvriers qualifiés et de transmettre des savoirs sur les techniques de conservation et d’entretien des ruines en calcaire corallien. Le projet doit aussi permettre une revalorisation culturelle et touristique de Kilwa dans le cadre d’un développement local.

La grande mosquée de Kilwa

Great Mosque Kilwa Kisiwani
Great Mosque Kilwa Kisiwani

Le chantier de conservation de la grande mosquée a été mis en  place de septembre 2002 à février 2003. Nos travaux ont concerné la stabilisation générale des structures, la réfection de l’étanchéité des couvertures avec la reprise complète du système d’évacuation des eaux pluviales, la réfection des sols, la restauration des arases et le remaillage des maçonneries (fig. 11 et 13).

La partie nord de la grande mosquée de Kilwa correspond à la partie la plus ancienne, datée du XIe-XIIe siècle . Selon les Chroniques de Kilwa, la mosquée nord fut bâtie entre 1131 et 1170 . Son plan initial est un rectangle de 11,8m sur 7,8m (fig. 9)  .  Il ne reste que les murs porteurs dont les assises sont composées d’un appareil à peu près régulier, des moellons quadrangulaires en calcaire corallien. Ce type d’appareil est caractéristique de cette période. Le toit plat était supporté par neuf colonnes monoxyles polygonales dont les bases dans le sol sont encore visibles .

Les Chroniques de Kilwa indiquent que la grande mosquée est agrandie vers le sud entre 1294 et 1302 et atteint ses limites actuelles . Ce réaménagement correspond à un changement de dynastie, Kilwa étant dirigée par le clan des Mahdalis, originaires de l’Hadramaout sur la côte sud du Yémen . Le plan de l’extension sud fait l’objet d’un débat entre archéologues : pour Peter Garlake, l’extension était une cour à portique supportant une voûte en plein cintre continue, il appuie son hypothèse sur le texte d’Ibn Battûta qui mentionne un enclos dans lequel le sultan al-Hassan faisait sa prière. Si cet agencement est très fréquent dans le monde islamique, il s’agirait de la seule cour à portique connue dans le monde swahili médiéval . Pour Neville Chittick, l’extension reprend un plan traditionnel avec un espace divisé en baies carrées, il n’y aurait pas de cour centrale. Nous avons remarqué que le mur sud de la mosquée conserve encore des pilastres de cette époque La troisième travée est marquée par un élargissement correspondant à la travée centrale. Il est possible que la mosquée reprenait un plan swahili classique sauf pour sa travée centrale qui était plus large . Nous pensons que la solution à cette énigme serait de faire des fouilles afin de rechercher les traces des fondations des piliers du XIVe siècle. Peut être issues de la tradition antérieure des colonnes monoxyles, les colonnes octogonales de la mosquée du XIVe siècle étaient monolithiques. La nature de ces supports peu flexibles a certainement joué un rôle lors de l’effondrement de la mosquée suite au tremblement de terre de 1331. Le couvrement de l’édifice était une voûte en plein cintre remarquablement bien conservée à l’est et construite avec des claveaux appareillés. Dans cette partie, au sud-est, se trouvait une grande coupole avec une entrée individualisée. Il s’agit probablement du mausolée du sultan al Hasan ibn Sulaiman , seule cette coupole est restée debout après le tremblement de terre de 1331.

Entre 1421 et 1442, Sulaiman ibn Mohammed fait restaurer l’édifice et couvrir de dômes toute la zone sud (fig. 10 et 12)  . L’espace est divisé en six baies du nord au sud et cinq travées d’est en ouest. La couverture est constituée d’une alternance de coupoles et de voûtes en berceaux. Des coupoles sont disposées dans l’axe central nord-sud et parallèlement aux murs extérieurs. Dans la travée la plus orientale, deux coupoles ont une voûte cannelée. Les huit baies restantes situées sur la deuxième et quatrième travée sont coiffées de voûtes en berceaux. Un corridor suit le mur est de la première mosquée, il est couvert d’une voûte en berceau. La multiplication des dômes et leur organisation en alternance avec des voûtes en berceaux n’est pas sans rappeler les mosquées indiennes tughluq du XIVe  siècle ou des édifices bahmanides plus tardifs, du XVe siècle . Bien qu’esthétique, l’extension de la grande mosquée est assez sommaire, décentrée et mal agencée, les voûtes sont trop hautes et leur espace de couverture est trop petit pour être visuel. Il est difficile de croire qu’un architecte qualifié ait réalisé cet ouvrage ; et tout porte à croire que le maître d’œuvre était un Swahili influencé par l’architecture du Deccan .

Le mihrâb de la grande mosquée de Kilwa est constitué d’un arc brisé reposant sur deux pilastres avec des chapiteaux rectangulaires. Une petite marche permet d’accéder à l’intérieur de la niche qui est coiffée d’une voûte en cul-de-four cannelée. Nous avons observé des traces de niches oblongues dans la niche du mihrâb. Ces arcatures sont proches de celles du mihrâb de Kisimani à Mafia ou de celles de Kizimkazi à Zanzibar . Ces éléments ornementaux appartiennent au mihrâb shirazi originel, ils semblent avoir été démontés à une période plus tardive. Nos observations vont dans le sens de l’hypothèse de Dorman qui pense que le mur de la qibla a été entièrement reconstruit au XVe siècle . Au XVIIIe siècle, la partie nord de la grande mosquée est désaffectée et ne sera jamais reconstruite. Un mihrâb extrêmement sommaire est alors aménagé entre deux piliers au nord de l’extension à coupoles.

La grande mosquée de Kilwa dispose de deux zones d’ablution. La première zone d’ablution est située à l’ouest et correspond probablement à celle de la mosquée primitive (fig. 9). Nous avons retrouvé dans cette zone un système élaboré de canalisations avec des tuyaux en terre cuite. La principale zone d’ablution au sud a une partie occidentale couverte. La couverture de l’une des pièces est soutenue par une série d’encorbellements bien appareillés qui rappellent certains édifices indiens du Deccan ou du Malabar. Chacune des zones d’ablutions est composée de plusieurs bassins rectangulaires, avec des essuies pieds et des puits à eau. La localisation des zones d’ablution se fait surtout en fonction des espaces laissés libres autour de la mosquée et de l’implantation des puits. Des pierres hémisphériques en corail marin sont disposées tout autour des bassins ; elles permettaient de se sécher les pieds. Ces essuie-pieds sont placés autour des bassins par rangées de trois ou quatre, elles sont posées dans une cuvette entourée d’une marche pour ne pas répandre de l’eau dans la cour de la mosquée. Les puits carrés sont maçonnés et enduits, des trous ont été aménagés dans les parois afin de pouvoir descendre dedans et curer le fond régulièrement.

Great Mosque Kilwa Kisiwani
Great Mosque Kilwa Kisiwani

Le palais d’Husuni Kubwa

En 2004, le chantier de conservation-restauration a concerné le palais d’Husuni Kubwa . Les travaux furent focalisés sur la consolidation des ruines pour la présentation des vestiges au public . Une structure en gabions a été montée à la base de la falaise afin de protéger le palais contre l’érosion marine.

Le palais d’Husuni Kubwa est situé sur un promontoire à l’est de l’île. Idéalement placé au sommet d’une falaise, sur un éperon barré, l’édifice a été construit à un endroit particulièrement confortable et venté qui offre un large panorama sur toute la baie de Kilwa. Husuni Kubwa est un monument d’une grandeur et d’une qualité jamais égalées sur la côte africaine. Le palais est daté du XIVe siècle grâce à une inscription lapidaire en corail marin, dédicacée à la gloire d’Hasan ibn Suleiman, qui régna sur Kilwa de 1320 et 1333.

Husuni Kubwa se décompose en deux ensembles fonctionnels très distincts, l’un semble réservé à des activités commerciales et l’autre sert de résidence princière (fig. 14). Il s’agit d’un vrai palais swahili avec un plan réfléchi et non pas une addition de grandes maisons autour d’une cour centrale comme c’est le cas pour Songo Mnara ou Gedi au Kenya . La partie sud du monument est constituée une grande cour carrée entourée de magasins pour le stockage des marchandises.  Le sultan peut ainsi entreposer les produits transitant par Kilwa et percevoir des taxes. L’entrée principale est aménagée au sud-ouest en direction de la ville, cette entrée est constituée d’un large escalier menant sur une plate-forme dominant la cour.

Les éléments les plus caractéristiques du palais sont une grande cour d’audience encaissée, entourée de marches et de niches ornementales. Le pavillon principal du sultan est exposé au vent dominant. Orientés vers la mer, les appartements étaient richement décorés par différents types de moulures et de voûtes ornées de pierres de corail taillées (fig. 15). Deux longues pièces étaient couvertes d’une voûte en plein cintre et décorées de panneaux et de frises. Une piscine octogonale, encadrée de niches et de bancs, a été construite à l’ouest des pièces d’habitat (fig. 16). Enfin, à l’extrémité nord, un escalier monumental creusé dans la roche permet de descendre jusqu’à à la mer. Au débouché de cet escalier se trouve une petite mosquée. Son mihrâb a été complètement détruit par l’érosion maritime, mais l’orientation de l’édifice et la présence de deux bassins encadrant l’entrée  confirment la présence et l’utilisation d’une petite mosquée à la base de la falaise.

Finalement, Husuni Kubwa est une version plus confortable du premier caravansérail de Kilwa, Husuni Ndogo. Ce caravansérail, situé juste à l’est d’Husuni Kubwa, est daté de 1191-1215, il est composé d’une enceinte quadrangulaire flanquée de tours .

Husuni Kubwa Palace in Kilwa
Husuni Kubwa Palace in Kilwa

Le cimetière de Malindi

Ce petit cimetière est associé à la mosquée dite de « Malindi ». Il s’agit de l’appellation d’un quartier ancien de Kilwa, peut être lié à l’origine ethnique des résidents, des immigrés de la ville de Malindi au Kenya. La mosquée et le cimetière sont placés au sommet d’une éminence qui domine la mer, au milieu du village actuel de Kilwa Kisiwani (fig. 17) . Les tombes alentour sont postérieures à la mosquée datée du XVe siècle. Nous avons restauré et étudié trois tombes datées du XVIIIe siècle.

La première tombe (n°22) était en très mauvais état et a fait l’objet de travaux de conservation par la mission française. Après un nettoyage complet de toutes les racines, les murs ont été remaillés, l’étanchéité des dômes a été reprise et une coupole a été partiellement reconstruite pour assurer sa stabilité. La tombe est couverte par deux dômes avec un intrados en arête, et surmontée d’un pilier à l’est (fig. 18 et 21) . L’allure générale de la tombe reprend le caractère de la petite mosquée. Les façades étaient ornées par six fenêtres en arc brisé et des décors en plâtre formant des croix de Saint-André. Neville Chittick mentionne aussi la présence d’une inscription, aujourd’hui au Musée Anthropologique de Berlin, qui commémorait un membre de la famille de Malindi à laquelle est attachée la mosquée mitoyenne .

Les tombes à pilier sont très fréquentes sur le littoral swahili. Ces édifices funéraires possèdent un pilier qui symbolise la présence d’un personnage important : imam, émir, sherif ou cheikh. Le pilier de la tombe n°15 est de petite taille, orienté l’est, il est formé de deux fûts de diamètre décroissant, superposés et surmontés d’une sorte de capuchon (fig. 19). Le renflement de la partie supérieure du pilier représente un turban stylisé, ce couvre chef était accroché autrefois au sommet des sépultures islamiques .  La troisième tombe étudiée (n°8) est couverte par une voûte galbée renforcée par une corniche en bois au départ de la voûte (fig. 20). Les quatre murs latéraux sont percés de fenêtres et une corniche en bandeau vient souligner le départ de la voûte galbée. Les tombes couvertes sont très fréquentes dans l’archipel de Lamu, au nord du Kenya où elles sont caractéristiques des XVIIe et XVIIIe siècles.

La petite mosquée à coupoles

De juillet à décembre 2004, une opération de conservation a été conduite sur la petite mosquée à coupoles qui est l’un des édifices le mieux préservé de Kilwa Kisiwani. Cette mosquée est localisée entre la grande mosquée et l’enclos du Makutani, à l’ouest. Apres une stabilisation des structures originelles, nous avons pu effectuer le démontage de deux contreforts disgracieux construits par Neville Chittick en 1959. Les travaux de conservation comprenaient le remaillage des maçonneries, la reprise des arches avec le remplacement des claveaux manquants ou endommagés, la réfection complète de l’étanchéité des couvertures et la réfection des sols (fig. 22 et 23).

La mosquée est bâtie sur un podium à 1,6 mètre au-dessus du niveau de la rue médiévale. Cette petite mosquée est datée du milieu du XVe siècle , nous interprétons cet édifice comme une mosquée funéraire, élevée à la mémoire d’un personnage important de Kilwa. Cette interprétation est basée sur la présence d’un pilier qui surmonte la voûte centrale. Nous l’avons vu précédemment le pilier ou la colonne sont toujours associés à des structures funéraires, cet élément est issu d’une tradition islamique seldjoukide de Perse ou fatimide d’Egypte. A l’est de la salle de prière, une porte s’ouvre sur une pièce latérale étroite. Au sud, une cour correspond à l’entrée principale de la mosquée et donne sur la zone d’ablution au sud-ouest. Cet espace comporte deux larges bassins rectangulaires dont les angles internes sont renforcés par des quarts de colonnettes en corail marin. Un conduit permet d’amener l’eau du puits situé à l’extérieur de la mosquée jusqu’aux réservoirs.

La salle de prière de la mosquée est divisée par trois travées et trois nefs séparées par quatre piliers octogonaux sur base quadrangulaire (fig. 24) . Les arcades brisées à deux moulures sont rattachées aux murs par des pilastres qui sont couronnés par des chapiteaux rectangulaires. Le sommet des arches est à 2,5 mètres au-dessus du niveau du sol. Il n’y a pas de clef de voûte, les arcs sont tenus par le poids des contres poussées latérales. La coupole centrale est supportée par quatre rangées de corniches et ornée de trois cercles de bols en céramique insérés dans sa voûte. La coupole centrale est encadrée par deux voûtes en plein cintre, également avec des céramiques insérées dans la maçonnerie ; ces voûtes permettent de dégager de la hauteur sur le mihrâb. Le mihrâb est constitué d’un arc reposant sur deux pilastres avec une voûte en cul-de-four. Il est décoré de céramiques incrustées, d’une plaque et de bosses hémisphériques en corail marin. Les moulures de l’arc et des montants du mihrâb sont réalisés en briquettes de corail marin, sans ornementation, seul le chapiteau est décoré de gravures en arête de poisson. Chaque briquette fait de 6 à 10 cm de large et s’assoit dans une entaille du bloc derrière lui ; grâce à cette technique d’assemblage à sec, il n’y a pas besoin de mortier. Les briquettes sont bien jointoyées et taillées pour leur position, il n’y a pas de standardisation et de gaspillage de matière première. Les moulures sont réalisées par la mise en place d’une seconde série de briquettes à 6 cm en retrait de la première, formant un angle droit.

Le fort omanais de Gereza

Entre 1710 et 1837, les Omanais vont construire des forts à Zanzibar, Lamu et Siyu. Le Sultanat de Zanzibar étant un empire maritime, ses fortifications sont tournées vers la mer. Ces édifices militaires sont érigés dans des lieux de tension politique et servent de protection pour les activités commerciales du sultanat, avec les forts de Lamu et de Kilwa aux limites de l’empire zanzibarite. Le fort de Kilwa fut construit par Yakut, gouverneur délégué par le sultan de Mascate, et qui aurait aussi dirigé les travaux du fort de Zanzibar . Le linteau de la porte d’entrée comporte une inscription en arabe flanquée de grandes fleurs stylisées . Le texte, déchiffré par Richard Burton en 1857, donne la date de fondation du fort : « le 2 avril 1807 » .

Le plan du fort de Kilwa est composé d’une enceinte quadrangulaire flanquée de deux tours circulaires diagonalement opposées , caractéristique des édifices militaires omanais (fig. 27). L’angle sud-est forme une sorte de tour carrée de trois étages avec un parapet beaucoup plus élevé que celui des courtines. L’unique porte du fort de Kilwa est située au milieu de la façade orientale. Mais il y avait peut-être une poterne au nord, donnant sur la mer. L’entrée est protégée par des vantaux affaiblis par une porte piétonne. Les bâtiments du corps de place sont organisés autour d’une cour centrale. Un puits circulaire de 3,8m de profondeur est implanté dans la partie nord de la cour . Les angles sud-ouest et nord-est du fort sont protégés par des tours rondes massives qui font saillie et couvrent parfaitement les quatre flancs du fort. La première est de forme circulaire, la seconde, de forme  ovale, incorpore un bastion polygonal plus ancien  (fig. 28 et 29). Le fort omanais semble avoir été bâti sur les ruines du château portugais de Saint-Jean, car l’effondrement partiel de la tour nord-est a révélé une structure antérieure englobée dans la maçonnerie de 1807 (fig. 25 et 27). Il s’agit d’une tour polygonale formant un éperon triangulaire avec deux meurtrières condamnées. Une fissure est visible le long de la courtine, indiquant une possible connexion de ce mur avec la tour primitive . Les éperons apparaissent en Europe à la fin XVe siècle et cet ancêtre du bastion présent à Kilwa, tendrait à prouver l’origine portugaise de l’élément incorporé dans la tour omanaise. Le fort portugais de Saint-Jean a été érigé en 1505 et démantelé en 1512  .

A la fin de l’année 2003, face à un risque d’effondrement du Fort Gereza, nous avons réalisé des travaux de confortement provisoires, notamment en mettant en place une structure d’étaiement contre le mur occidental de la tour sud-est. Les travaux de remaillage ont concerné le parement du mur ouest, la consolidation du glacis de la tour nord-est (fig. 26) et la restauration du parement sur la base de la tour sud-ouest .

Gereza Fort Kilwa
Gereza Fort Kilwa

Conclusion

Le premier bilan concerne bien sûr l’action menée par le service de coopération scientifique et culturelle de l’Ambassade de France en Tanzanie : les principaux monuments de Kilwa ont été restaurés, le site a été doté de panneaux signalétiques et les Antiquités tanzaniennes sont en train de mettre en place un nouveau système de gestion des ruines. Ce projet se présente comme un modèle des nouvelles collaborations avec les Pays du Sud, entre archéologues et architectes du patrimoine. Il s’agit de fouiller pour comprendre et de restaurer pour mettre en valeur et préserver. L’archéologie et la conservation doivent jouer un rôle important dans la protection du patrimoine et le développement durable .

Concernant le programme de recherche archéologique, nos prospections ont permis de dresser un inventaire qui a pour principal intérêt de replacer Kilwa dans son environnement régional. La ville de Kilwa a été déplacée trois fois au cours de ce dernier millénaire. Le site médiéval était entouré d’établissements satellites, placés sur le continent ou sur des îles comme celle de Songo Mnara.

 

References Kilwa Kisiwani, Stephane PRADINES

2006 – Kilwa, la cité de l’or africain, Archéologia, n° 430, Faton, Dijon, p. 62-73.

2005 – Stéphane Pradines et Pierre Blanchard
« Kilwa al-Mulûk. Premier bilan des travaux de conservation-restauration et des fouilles archéologiques dans la baie de Kilwa, Tanzanie », Annales Islamologiques 39, IFAO, Le Caire, p.25-80.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Kenya, Tanzania, Comoros